Imprimer cet article Envoyer cet article

Accueil familial : sensibiliser les exploitants agricoles L'accueil familial à la ferme (2/2)

Accueil familial à la ferme dans le département du Nord

© Marie Molinario/Le Bimsa

Le département du Nord compte 537 accueillants familiaux, pour environ 630 personnes accueillies, dont 65 % sur les territoires ruraux et semi-ruraux. Ce qui en fait le département le plus accueillant de France derrière La Réunion. Le sud du département (l’Avesnois et le Cambrésis) en compte le plus.

Pour autant, la MSA Nord-Pas de Calais, le conseil départemental et la chambre d’agriculture travaillent de concert pour promouvoir et développer ce mode d’accueil qui permet de maintenir les personnes en perte d’autonomie dans un environnement proche de leur lieu de vie d’origine, tout en offrant un complément de revenu aux agriculteurs.

Lors d’une rencontre avec la famille Lacomblez-Tourneux à Forest-en-Cambrésis, qui accueille trois personnes sur son exploitation agricole (voir notre reportage ici), des partenaires impliqués dans ce projet nous en parlent.

 

Témoignages

Geneviève Mannarino
vice-présidente chargée de l’autonomie au conseil départemental du Nord

© Conseil départemental du Nord

« Notre département, qui compte 2,6 millions d’habitants, est jeune mais avec tout de même une population vieillissante qui va être exponentielle dans les années à venir. C’est de notre responsabilité d’anticiper des solutions d’accueil et d’accompagnement, de même que pour les personnes en situation de handicap. Nous sommes aussi un département rural, et devons donc donner des réponses de proximité en ruralité.

« Nous avons ainsi réfléchi, conjointement avec la MSA et la chambre d’agriculture, à comment accompagner les agriculteurs qui souhaitent devenir accueillants familiaux. Chacun apporte sa pierre à l’édifice pour trouver les meilleures conditions possibles de cet accueil à la ferme. La chambre d’agriculture et la MSA, qui connaissent bien leurs ressortissants, nous aident à donner des agréments d’accueil de qualité. C’est une palette qu’on élargit et une réponse qui prend en compte le parcours des personnes. Nous avons déjà une cinquantaine de candidatures d’exploitants. »

 

Valérie Louchez
conseillère en diversification à la chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais

Portrait de Valérie Louchez, conseillère en diversification à la chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais« Nous organisons des réunions de sensibilisation auprès des agriculteurs auxquelles viennent témoigner des accueillants comme Martine Tourneux.

« Nous réalisons également les diagnostics conseil : nous nous rendons chez les agriculteurs pour voir la situation de l’exploitation, faire le point sur les activités de la ferme, et les sensibiliser sur la conciliation du travail d’exploitant et d’accueillant familial. Deux ont été effectués chez des agricultrices par nos services cette année. Pour la deuxième, il a permis de faire avancer sa réflexion. Initialement, elle pensait accueillir de façon permanente et, à la suite du rendez-vous, elle s’orienterait vers un accueil de jour ou temporaire. »

 

Alain Fréhaut
maire de Bavay et référent du groupe habitat dans le cadre de la communauté amie des aînés

Portrait d'Alain Fréhaut, maire de Bavay (Nord)« Le but est d’éviter de recréer des Ehpad. Ça coûte cher, sans répondre forcément aux besoins de tous, et face à la population croissante de personnes âgées, les demandes vont saturer. À titre d’exemple, dans la commune de Bavay, il y a aujourd’hui environ 480 personnes qui ont 69 ans et plus, sur un total de 3 500 habitants. C’est beaucoup, et pour seulement 69 places dans l’Ehpad.

« Nous devons donc trouver des solutions alternatives, l’accueil familial en fait partie. Nous avons également un projet de béguinage [mode de vie collectif pour les seniors avec un but de maintien du lien social] dans plusieurs communes. Mais certains quartiers construits pour les seniors sont comme des ghettos, il n’y a pas d’échange intergénérationnel alors que les anciens participent à l’éducation des jeunes ; il faut travailler là-dessus pour réussir à recréer une mixité, un vivre ensemble. Ce qui se faisait naturellement il y a plus de 50 ans, dans la vie des villages. »

 

Lire aussi

Une famille formidable. Rencontre avec la famille Lacomblez-Tourneux, accueillante familiale.
 

Marie Molinario

Comments are closed.