• A A A
  • Imprimer cet article Envoyer cet article

    Agriculture: la solution Cuma Agriculture: la solution Cuma (1/9)

    © Gildas Bellet

    © Gildas Bellet

    Le réseau des Cuma (coopératives d’utilisation de matériel agricole) s’est installé, les 26 et 27 août, à Fontenay et Asnières-sur-Vègre, dans la Sarthe, pour la 19e édition du « Salon aux champs ». Un rendez-vous marquant le 70e anniversaire de ce statut coopératif qui permet notamment la mutualisation de matériels et d’équipements afin de réduire les charges de mécanisation des exploitations et de contribuer au dynamisme de la production agricole. Retour sur les temps forts de l’événement, sur l’histoire des Cuma et zoom sur quelques initiatives.

    Au sommaire de ce dossier

    70 ans d’engagement. Pendant deux jours au « Salon aux champs », les visiteurs professionnels ont pu assister à des animations, des démonstrations de matériels, participer à de nombreux débats et se pencher sur l’avenir de ce mouvement coopératif.

    Sortir de l’ombre. Les agricultrices sont certes présentes dans les Cuma, mais pas toujours de manière visible. C’est ce qui ressort d’une enquête en ligne lancée dans la perspective de la préparation du Salon aux champs. Précisions.

    Une idée pour faciliter l’installation. Celle-ci peut effrayer certains jeunes. En tête des difficultés envisagées, le coût de la mécanisation. La solution Cuma peut résoudre en partie ce problème, avec le partage du matériel agricole.

    Comment ça marche ? Les agriculteurs ont, depuis longtemps, l’habitude de travailler et d’acheter du matériel en commun. Depuis 1945, la Cuma leur offre un cadre juridique pour le faire.

    Voyage dans le temps. Les Cuma, héritières des syndicats de battage, sont basées sur l’entraide rurale très développée à cette époque autour de la cellule familiale. Fêtant cette année leurs 70 ans, elles ont su s’adapter et évoluer au fil des décennies.

    Pratiques d’avenir. La préparation du futur se trouvait au cœur de la 19e édition du Salon aux champs. De nombreuses initiatives étaient présentées, répondant aux besoins des adhérents et des territoires. Exemples.

    Éviter l’accident. S’installer en Cuma permet de rationaliser les coûts de mécanisation. Mais l’accident est toujours à craindre sur l’exploitation. La MSA Mayenne-Orne-Sarthe a tenu à le rappeler aux visiteurs du Salon aux champs, en les sensibilisant, sur son stand, aux chutes de hauteur.

    Des Groupements d’intérêt écologique et environnemental portés par des Cuma. Ils permettent d’accompagner et de valoriser les agriculteurs s’engageant collectivement à mettre en œuvre un projet de modification ou de consolidation durable des pratiques qu’ils emploient pour leurs systèmes de production, en visant une triple performance : économique, environnementale et sociale.

     

    Comments are closed.