Imprimer cet article Envoyer cet article

Bulle d’air dans le Tarn-et-Garonne Répit à domicile des aidants familiaux (3/4)

Personne âgée en extérieur, discutant avec une personne qui s'occupe d'elle.

© Franck Beloncle/CCMSA Image

Dans le Tarn- et-Garonne, une solution de répit à domicile est proposé aux aidants familiaux depuis le mois d’avril. Dénommé Bulle d’air, ce service offre la présence d’un « relayeur »  qui, pendant l’absence de l’aidant (durée de l’intervention de trois heures minimum), apporte à la personne âgée ou en situation de handicap un soutien équivalent. Retour sur la genèse de cette création.

« Nous disposions d’une structure opérationnelle sur laquelle nous appuyer pour développer Bulle d’air, explique Matthieu Lebrun, responsable du développement des territoires à la MSA Midi-Pyrénées Nord. En l’occurrence l’association Présence à domicile, créée en 1987, qui intervient sur tout le département dans le cadre d’un service mandataire, pour proposer différents services d’aide à la personne. Elle a une longue expérience en la matière. Ce choix permet ainsi d’optimiser les coûts de fonctionnement mutualisables. »

Un contexte partenarial très favorable

L’association réalise des interventions « principalement pour des proches prenant soin de personnes atteintes de maladies neuro-dégénératives », précise Valérie Prukop, responsable de Présence à domicile. Pour autant, Bulle d’air s’adresse à tous les aidants familiaux s’occupant de personnes âgées en perte d’autonomie, d’adultes et d’enfants malades ou en situation de handicap.  

Un engagement politique, humain et financier de la MSA (voir le témoignage de Danièle Dalla Riva, administratrice de la caisse Midi-Pyrénées Nord) et un contexte partenarial très favorable, tant au plan institutionnel que local, ont facilité l’aboutissement du projet.

« La reconnaissance de la MSA, de son action sur les territoires, de sa connaissance des besoins des aidants a favorisé l’attention portée par les partenaires à cette initiative et à nos sollicitations », souligne Matthieu Lebrun. Un soutien financier pour le fonctionnement du service a été octroyé par la Carsat Midi-Pyrénées, la sécurité sociale pour les indépendants, AG2R, Mutualia, Agrica… Le conseil départemental du Tarn-et-Garonne apporte aussi une contribution significative.

Des formations pour les relayeurs

Pour qu’un service de répit puisse fonctionner, l’orientation par les acteurs locaux est essentielle. D’où de nombreux contacts avec les structures en lien avec les personnes âgées ou en situation de handicap (France Alzheimer, ADMR, centres communaux d’action sociale…). « La plateforme de répit du département – Apas 82 – qui a vocation à soutenir, écouter, conseiller, orienter les aidants familiaux – a aussi manifesté son intérêt pour ce nouveau service et relaie l’information sur l’existence et les possibilités offertes par Bulle d’air, pointe Valérie Prukop. En contact avec les aidants, elle peut identifier ceux susceptibles d’y faire appel pour souffler et prendre du temps pour eux. »

Avec ce partenaire, « une formation a été mise en place à l’intention des relayeurs, qui sont souvent des personnes travaillant ou ayant exercé dans les secteurs de l’aide à domicile ou paramédical. La session a permis d’en réunir une dizaine en amont des premières interventions et une nouvelle formation est envisagée pour d’autres relayeurs au mois de novembre. » 

La qualité des interventions participera bien entendu au succès de Bulle d’air. Un label, gage de la qualité, est accordé lorsque le service répond à un cahier des charges (voir ci-contre). Dans le Tarn-et-Garonne, la labellisation, valable pour une durée de cinq ans, a été obtenue sans réserve cet été.

Participations financières possibles

Autre levier pour faire décoller le service : la solvabilisation. À ce titre, « la mise en place d’une prestation extralégale interrégime sur le répit fait l’objet d’une réflexion avancée », se réjouit Matthieu Lebrun. La plateforme de répit, elle aussi, joue le jeu et va dédier un budget pour financer les quinze premières heures d’utilisation du service afin que les aidants et les personnes qu’ils soutiennent puissent en découvrir les bienfaits.

Des participations financières sont possibles dans le cadre de l’allocation personnalisée d’autonomie, de la prestation de compensation du handicap, voire de prestations extra-légales… La MSA en propose à ses ressortissants pour de premières interventions et sur le plus long terme.

Le 5 octobre 2018, à l’occasion des manifestations qui ont lieu dans le cadre de la journée nationale des aidants, une rencontre (« La boîte à outils des aidants ») se tiendra à Montauban. Au côté des autres dispositifs d’aide, de soutien et de répit, Bulle d’air sera présent. Un relayeur et une aidante apporteront leur témoignage. Une belle occasion pour découvrir ce nouveau service.

 

Trois questions à

Danièle Dalla Riva,
administratrice de la MSA Midi-Pyrénées Nord et co-présidente de l’action sociale

Qu’est-ce qui a motivé l’engagement du conseil d’administration ?

Portrait de Danièle Dalla Riva, administratrice de la MSA Midi-Pyrénées NordLe soutien des aidants est au cœur des réflexions de l’action sanitaire et sociale de la MSA. Dès 2010, dans le cadre du contrat de soutien aux aidants familiaux initié par la CCMSA, nous avons proposé diverses actions (groupes de parole, forums, formations, réseau de visiteurs bénévoles, séjours de répit…) sur neuf territoires des quatre départements. Ceci en réponse aux besoins exprimés par les aidants.

Au fil des échanges, le répit à domicile a également figuré au rang de leurs demandes, mais les solutions étaient rares, voire inexistantes sur certains territoires. Et la réponse est complexe à mettre en œuvre car de nombreux freins existent : pas facile notamment pour l’aidant de lâcher prise, de s’autoriser à partir, d’être rassuré sur le soutien apporté à la personne aidée pendant son absence, crainte aussi du regard des autres ou d’admettre qu’on a besoin de soutien. D’où l’importance de l’accompagnement réalisé en direction de ces personnes souvent fatiguées, parfois perdues, qui assument au quotidien une lourde charge de travail et affective.

Car leur besoin de répit est bien là, connu et identifié, avec des répercussions sur leur santé. Il nous est apparu que le moment était opportun pour leur apporter cette nouvelle réponse, d’autant que le contexte national et la dynamique locale le favorisent. Nous avons lancé Bulle d’air d’abord sur le Tarn-et-Garonne puis, à terme, sur les trois autres départements du périmètre de la MSA Midi-Pyrénées Nord (Aveyron, Lot et Tarn).

Comment le projet s’est-il construit ?

La MSA a la chance de pouvoir accompagner ses assurés tout au long de leur vie, sur tous les domaines de la protection sociale, et de bien les connaître. Notre ancrage territorial est aussi une force. Mais nous sommes conscients que nous ne disposons pas des moyens humains et financiers pour agir en solo, ce qui n’est pas notre façon de procéder.

Nous avons toujours travaillé avec des partenaires, dans un respect mutuel du périmètre, du code de déontologie et des exigences de chacun. Ces relations, tissées de longue date en direction des aidants, se sont nouées et renforcées grâce à une volonté commune de répondre aux besoins que ceux-ci expriment – c’est la clé de la réussite – et à l’engagement de nos partenaires institutionnels et locaux, pour les consolider au bénéfice de la population locale.

Comment Bulle d’air s’intègre-t-il dans ce paysage ?

Nous avons pris soin d’expliquer à tous la finalité du service, en l’occurrence une nouvelle proposition offerte aux aidants, spécifiquement pour le répit à domicile. Il n’est pas question de concurrencer des services d’aide à domicile existants mais de mettre à disposition une solution supplémentaire, en phase avec les attentes dont les aidants nous font part. Ils choisissent d’avoir recours à celles qui leur correspondent le mieux et sont épaulés pour bien les envisager.

Tout cela ne se décrète pas, ne se réalise pas en quelques minutes. C’est le fruit d’une réflexion, d’un accompagnement et d’échanges pour que l’aidant s’autorise à prendre un peu de temps pour lui, opte pour une solution qui le rassure et qui est acceptée aussi par la personne dont il prend soin.

On touche là à la dimension humaine, aux émotions, à une relation d’amour – ce n’est pas un service que l’on consomme ! Une préparation est nécessaire, une relation de confiance doit s’instaurer progressivement, afin que chacun puisse se sentir bien. En cela, on doit beaucoup au travail réalisé par les équipes sur le terrain et aux valeurs militantes et humaines dont elles sont animées pour accompagner les familles dans leur cheminement.

 

lire aussi

Bulle d’air gagne du terrain. Sommaire de notre dossier.

Une solution pour prévenir l’épuisement. Présentation du service de répit à domicile qui permet à l’aidant familial d’être assuré de la présence de quelqu’un qui, pendant son absence, apportera à la personne âgée ou handicapée un soutien équivalent.

Bulle d’air en Vendée. Les premières interventions ont été lancées début juin par l’association Les Visiteurs du soir.

Gildas Bellet

Comments are closed.