Imprimer cet article Envoyer cet article

Construire l’avenir Journée nationale MSA à Marseille (2/7)

Les échanges ont été ponctués par la mise en lumière d’initiatives primées par la MSA Provence Azur dans le cadre de l’appel à projets jeunes organisé chaque année. Ici, « Déclame ton slam » par des résidents du centre d’hébergement et de réadaptation sociale La Chaumière, à La Roque-d’Anthéron, dans les Bouchesdu- Rhône. Lire aussi en pages 34-35, l’initiative « Citoyens et fruitiers ». © Thierry Borredon/CCMSA Image

Les échanges ont été ponctués par la mise en lumière d’initiatives primées par la MSA Provence Azur dans le cadre de l’appel à projets jeunes organisé chaque année. Ici, « Déclame ton slam » par des résidents du
centre d’hébergement et de réadaptation sociale La Chaumière, à La Roque-d’Anthéron, dans les Bouches-du-Rhône.   © Thierry Borredon/CCMSA Image

Sur fond d’un environnement très évolutif et d’une recomposition à l’œuvre des territoires, la MSA a souhaité, lors de la 34e journée nationale organisée fin octobre à Marseille, réfléchir à son positionnement pour l’avenir. Compte rendu des travaux.

« Faire preuve d’adaptabilité »

« Nous avons pris l’habitude de dire que notre ancrage territorial fait partie de notre ADN. Une habitude qui repose sur la réalité, souligne Philippe Moinard, président de la commission de l’action mutualiste, en ouverture de la journée nationale. C’est le lien avec nos territoires qui assied notre légitimité et nous permet de mieux répondre aux besoins des adhérents. Mais cette certitude ne doit-elle pas être interrogée régulièrement, rien n’étant jamais acquis ? »

Avec la réforme territoriale à l’œuvre, qui modèle différemment les rôles de chacun, avec les évolutions démographiques, sociologiques et économiques, avec l’image contrastée du dynamisme des espaces ruraux, « la MSA doit, bien sûr, continuer de faire preuve d’adaptabilité. Mais pour être un acteur de premier plan sur les territoires, elle doit aller au-delà et prendre les devants ». D’où « la nécessité d’un positionnement offensif ».

Une dynamique partenariale

Forte d’un engagement de longue date et d’une proximité naturelle avec la population agricole et rurale, la MSA dispose d’atouts et de savoir-faire qui la confortent dans sa double légitimité d’organisme de protection sociale et d’acteur de référence sur les territoires. Pour mieux les partager, mais aussi pour réfléchir aux défis à venir et insuffler une nouvelle dynamique, l’institution a convié en tribune, outres des dirigeants du réseau, des partenaires institutionnels, des experts, des intervenants associatifs… « Un apport extérieur donnant un regard complémentaire au nôtre et confirmant la nécessité d’inscrire nos actions dans une dynamiques partenariale », a précisé Thierry Manten, premier vice-président de la MSA.

Les débats ont fourni l’occasion de s’arrêter sur la nécessité de prise en compte des besoins émergents, de réfléchir à l’adaptation du cadre d’action aux évolutions du paysage territorial, d’examiner la possibilité de nouveaux partenariats en lien avec la reconfiguration des collectivités locales, ou encore de s’interroger sur le maillage de proximité eu égard au développement des maisons d’accueil et de services au public et à l’évolution de l’offre numérique…

Une dimension humaine essentielle

À l’issue des travaux, Michel Brault, directeur général de la CCMSA, a mis l’accent sur la nécessité d’entretenir la force de frappe de la MSA, notamment l’unité forte entre son réseau d’élus présents dans tous les cantons et ses équipes administratives, le savoir-faire en termes de diagnostic ou de partenariats, et la richesse des actions menées sur les territoires. Des atouts utiles pour porter l’ambition d’être un acteur de premier plan pour l’emploi et les services en milieu rural.

Pascal Cormery, président de la MSA, a annoncé le lancement prochain d’une réflexion en vue d’« un plan stratégique pour l’avenir de notre institution et le rôle qu’elle peut mener », appelant de ses vœux le soutien de la profession, des ressortissants et des partenaires : une feuille de route pour affiner son positionnement et poursuivre une action insufflant une dimension humaine essentielle au bénéfice des populations vivant dans les espaces ruraux (voir également son éditorial).

 

Lire aussi

Nouvelles dynamiques territoriales.Sommaire de notre dossier.

Des espaces ruraux qui évoluent. Le regard de François Purseigle, professeur des universités en sociologie à l’Institut national polytechnique de Toulouse.

Double casquette. De nombreux délégués MSA sont aussi élus de collectivités territoriales. Complémentarité des engagements, avis sur la réforme territoriale… Le point de vue de quelques-uns d’entre eux.

La réforme territoriale. Elle s’est incarnée dans trois lois récentes – loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (Maptam) ; loi portant délimitation des régions ; loi portant nouvelle organisation territoriale de la République.

Une aide à la décision. Pour légitimer une démarche globale sur un territoire, offrir les bons services au bon endroit, la MSA recourt à des diagnostics, recueils de données quantitatives et objectives (cartographie) et qualitatives (entretiens en groupe ou individuels). Illustrations.

Nouveaux besoins, nouveaux services. Afin de répondre à des besoins peu ou mal couverts sur certains territoires, chaque caisse développe une offre de services ouverte à l’ensemble de la population. Le groupe MSA doit adapter cette offre aux besoins émergents, continuer à être pionnier et adopter un positionnement offensif pour innover et rester dans la course.

Gildas Bellet

Comments are closed.