Imprimer cet article Envoyer cet article

Emploi : un Allier solidaire

Ayda se forme au métier d'aide-soignante grâce à l'aide de Laser 03 emploi. © Eve Dusaussoy

Ayda se forme cette année au métier d’aide-soignante grâce à l’aide de Laser 03 emploi. © Eve Dusaussoy

Le 17 septembre, Laser 03 emploi a réuni acteurs et partenaires du secteur de l’emploi pour faire le point sur le poids des structures intermédiaires dans le développement local. En ligne de mire : dynamiser l’emploi et favoriser l’insertion sociale et professionnelle dans l’Allier.

Préfet, élus, partenaires socio‐économiques, entrepreneurs, clients, salariés… ont répondu présents à l’invitation de Laser emploi 03, ce 17 septembre, à Saint-Pourçain-sur-Sioule. Si l’association a 20 ans aujourd’hui, l’heure n’est pas à la fête mais aux échanges constructifs. Une préoccupation commune : l’insertion par l’activité économique dans l’Allier.

Le territoire comprend trois bassins d’emploi très marqués : « Moulins est une ville très administrative, Montluçon un bassin industriel assez important en phase de restructuration et Vichy, attirée par la métropole clermontoise, progresse au niveau industriel tout en développant le tourisme lié aux thermes », explique Didier Martel, responsable de Laser 03 emploi. Le département enregistre pourtant un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale depuis 20 ans : 10,7 % en 2014 contre 10 % en France métropolitaine. Mais alors, comment dynamiser l’emploi dans l’Allier ?

Des possibilités d’emploi

Les intervenants sont unanimes : le secteur industriel important est un atout non négligeable. Les filières porteuses d’emplois et les activités peu délocalisables ouvrent aussi des possibilités : propreté, BTP, restauration, service à la personne, traitement et valorisation des déchets, etc. « Il y a des gisements d’emploi dans l’Allier qui ne sont pas exploités. Les abattoirs, par exemple, peinent à recruter. Le vieillissement général de la population génère aussi des besoins de plus en plus nombreux : l’aide à la personne doit devenir une économie », note Arnaud Cochet, préfet de l’Allier.

Arnaud Cochet, préfet de l’Allier, Annie Corne, Vice-présidente du Conseil départemental de l’Allier et Pascale Semet, Vice-présidente du Conseil régional d’Auvergne ont confirmé leur appui collectif des structures d’insertion par l’activité économique. © Eve Dusaussoy

Arnaud Cochet, préfet de l’Allier, Annie Corne, Vice-présidente du Conseil départemental de l’Allier et Pascale Semet, Vice-présidente du Conseil régional d’Auvergne ont confirmé leur appui collectif des structures d’insertion par l’activité économique. © Eve Dusaussoy

Dans le secteur du bâtiment, Jean-Jacques Berger, directeur d’une SARL, souffre de ne plus pouvoir recruter : « Nos métiers ont été dévalorisés, lâchés. Nous avons pourtant besoin de techniciens : nous avons aujourd’hui six offres d’emploi à pourvoir, dont deux sur des métiers qualifiés, qui sont vacantes depuis 24 mois. »

Face aux recruteurs, « il y a des personnes qui cherchent du travail mais qui n’ont pas forcement les compétences ni confiance en elles vis-à-vis de la recherche d’emploi », soulignent Michel Barbet et Serge Nebout, présidents de Laser 03. Pourtant les entreprises recherchent avant tout des salariés prêts à s’investir et à se former, parfois sans exiger de diplôme. C’est là qu’interviennent les structures comme Laser 03 emploi.

Répondre aux enjeux de chacun

« Laser repère la personne motivée, celle qui a les yeux qui brillent, ce petit truc en plus qu’on n’a pas le temps de repérer dans l’entreprise parce qu’on est pris par la conjoncture économique. On a besoin de cet intermédiaire qui nous dit “J’ai quelqu’un pour vous” », témoigne Jean-Jacques Berger. « Nous avons des variations d’effectifs de plus en plus importantes, avec un taux d’absentéisme fort, ce qui nous contraint à passer un temps considérable sur les ressources humaines. Avec une aide sur le repérage des bons profils, non seulement nous gagnons du temps, mais en plus nous faisons baisser notre taux d’échec du recrutement », souligne Luc Mary, directeur d’abattoir.

Au départ, à vocation agricole, Laser 03 emploi propose aujourd’hui des missions dans le secteur du traitement des déchets, du bâtiment, de la restauration, du nettoyage, des services à la personne, des espaces verts, etc. © Laser 03 emploi

Au départ à vocation agricole, Laser 03 emploi propose aujourd’hui des missions dans le secteur du traitement des déchets, du bâtiment, de la restauration, du nettoyage, des services à la personne, des espaces verts, etc. © Laser 03 emploi

Depuis 20 ans, Laser a su combiner sa préoccupation sociale et solidaire avec une réponse concrète aux exigences économiques du territoire. Avec son association intermédiaire (AI) et son entreprise de travail temporaire d’insertion (ETTI), elle sert de chaînon manquant entre des demandeurs d’emploi éloignés du monde du travail et des entreprises, collectivités, associations, ayant un besoin de main-d’œuvre.

Elle propose en parallèle un accompagnement socioprofessionnel individualisé : aide à la rédaction de CV, formations collectives, suivi régulier pendant et à l’issue des missions…

« Il n’y a pas d’âge pour réussir sa vie professionnelle. »

Lorsqu’elle s’est inscrite à Laser 03, Ayda était sans emploi, sans diplôme, avec quatre enfants à charge : « Laser m’a confié des missions d’entretien de locaux et d’aide à domicile et m’a proposé des formations et des ateliers collectifs. J’ai repris confiance en moi. » Elle prépare ensuite le diplôme d’état d’auxiliaire de vie sociale et signe un CUI (contrat unique d’insertion) à l’hôpital de Moulins. Aujourd’hui, elle se forme au métier d’aide-soignante. « Je me suis rendu compte qu’il n’y a pas d’âge pour réussir sa vie professionnelle. »

© Laser 03 emploi

© Laser 03 emploi

Un service gagnant-gagnant

Un tremplin vers un emploi durable pour les salariés… et une mine d’or pour les recruteurs, qui voient, en plus, leurs démarches administratives facilitées : « Parfois les entrepreneurs résistent à l’embauche parce que c’est compliqué au niveau administratif. Laser s’occupe de ces démarches et propose un packaging clé en main. C’est très pratique pour les entreprises », explique Michel Barbet.

Comme Ayda, 1 185 personnes ont été salariées en insertion en AI et ETTI en 2014. 27 % ont basculé vers un emploi durable. La capacité de Laser à nouer des partenariats y est pour beaucoup dans cette réussite. Plus de 15 000 clients ont eu recours à ses services et sont partenaires de l’association. Des chiffres qui montrent le rôle essentiel de ce type de structure dans le développement du territoire, l’insertion professionnelle et le maintien d’un tissu rural dynamique.

© laser 03 emploi

© laser 03 emploi

« Le projet que porte Laser 03 a du sens parce qu’il est souple, proche des populations et adapté aux besoins du territoire », résument ses présidents. Chaque année, plus de 2,3 millions d’euros de salaire net et plus de 1 million d’euros de charges patronales et salariales sont reversées dans l’économie locale grâce aux contrats de missions gérés par Laser 03. C’est dire si l’association a sa place dans l’économie locale.

 

 

Rencontre avec…

Didier Martel, responsable de Laser 03 emploi. © Eve Dusaussoy

Didier Martel, responsable de Laser 03 emploi. © Eve Dusaussoy

Comment s’est développée Laser sur le territoire ?

Dès le départ, nous avons obtenu un conventionnement qui nous a permis d’intervenir sur tout l’Allier. Nous nous sommes développés très rapidement grâce au réseau des salariés et des élus de la MSA, qui ont fait connaître notre activité aux employeurs du territoire. Aujourd’hui nous devons davantage aller au-devant des entreprises. C’est la mission de nos chargés de développement.

Comment vous positionnez-vous par rapport aux autres AI et ETTI ?

Nous sommes deux ETTI et sept AI dans l’Allier. Nous sommes partenaires avant d’être concurrents. Nous nous regroupons même parfois pour répondre à des appels d’offre.

Laser, un acteur indispensable au développement de l’Allier ?

À 200 %. Nous intervenons sur toutes les zones, qu’elles soient rurales ou urbaines. Nous venons en aide aux publics les plus fragiles, nous jouons un rôle de cohésion sociale sur le territoire et l’argent perçu par les personnes grâce à leur travail est réinvesti dans l’économie du département.

20 ans après, les perspectives ont-elles évolué ?

Au vu du contexte actuel de l’emploi, il y a encore beaucoup à faire. Depuis 7-8 ans, nous nous retrouvons dans la même situation qu’à la création de Laser. Nous devons maintenir notre activité dans un secteur très concurrentiel. Nous sommes donc dans une dynamique perpétuelle de recherche d’emploi, ce qui n’était pas le cas il y a quelques années. D’où l’importance aussi de développer des partenariats pour être plus fort.

Laser 03 emploi est une des 9 associations gérées par la MSA Auvergne. La gestion en est confiée à la MSA Auvergne assurée par son Délégué Général, Jean Marie Passarieu et le Délégué Dominique Bernier en charge de la Direction de l’offre de service. L’offre de service en Msa Auvergne, c’est 9 associations, plus de 900 salariés en CDI et 23 millions d’euros de chiffre d’affaire annuel.

Eve Dusaussoy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *