Imprimer cet article Envoyer cet article

En camion, Germaine ! Appel à partenariat MSA-MFR (3/6)

© MFR Saint-Florent-des-Bois

Et en voiture, Simone : quatre élèves de bac pro de la MFR de Saint-Florent-des-Bois, en Vendée, montent à bord du camion Germaine pour se lancer dans l’aventure de l’initiation aux nouvelles technologies. La machine sillonne la campagne pour rompre l’isolement des habitants et leur offrir un moment d’échange intergénérationnel. Dans le cadre de l’appel à partenariat, elle a fait escale dans trois MFR du département.

Germaine a tout et Germaine vient vers vous. On pourrait s’en réjouir, non ? Germaine est un véhicule aménagé par l’équipe de la fédération des centres sociaux et socioculturels de Vendée. Présenté comme un espace de convivialité, d’échanges et d’activités, il est équipé d’un matériel numérique novateur, ainsi que d’une web radio,  pour se faire connaître et présenter les projets locaux. Ses pérégrinations de camion lui permettent de rencontrer les habitants des territoires ruraux, de lutter contre leur isolement et de leur apporter du lien social intergénérationnel. 

« Nous avons été attirés par son caractère local, social et dynamique. »

© MFR Saint-Florent-des-Bois

Germaine a tapé dans l’œil de la fédération départementale des maisons familiales rurales (MFR) de Vendée. C’est ainsi que la directrice de Saint-Florent-des-Bois, Isabelle Nicodex, propose à quatre élèves de terminale services aux personnes et aux territoires (Sapat) de s’investir dans l’aventure, dans le cadre d’une action professionnelle à destination d’un territoire rural — module MP6 de cette formation — soit d’une gestion de projet en autonomie. « Nous avons été attirés par le caractère local, social et dynamique de Germaine », explique-t-elle. 

La fine équipe, composée de quatre jeunes femmes de 18 à 20 ans, s’empare du projet. Il s’agit de faire stationner le camion par journée ou par demi-journée dans trois MFR de Vendée, à Chantonnay, Mareuil-sur-Lay-Dissais et Le Poiré-sur-Vie. Elles se mettent à la recherche de financements. Germaine coûte 420 euros par jour (prix négociable selon les projets). Elles trouvent un écho favorable auprès du Crédit agricole. Les trois MFR font également pot commun. Puis le groupe obtient une contribution de la MSA, en participant à l’appel à partenariat. 

© MFR Saint-Florent-des-Bois

Une initiation aux logiciels et aux applications

À Mareuil-sur-Lay-Dissais, pour faire venir les autochtones, les élèves prennent contact avec la mairie, la maison de retraite, le club du 3e âge… Le matin, Germaine s’ouvre aux jeunes de la classe de 4e/3e et l’après-midi aux retraités invités. Tout le monde se retrouve autour du camion, pour discuter tout en buvant un café. Certains sont initiés aux logiciels et aux applications de communication virtuelle : Skype, Facetime ou encore WhatsApp, ou bien à l’usage de l’imprimante 3D. D’autres se font accompagner dans la réalisation de démarches administratives en ligne. Autre possibilité : tout simplement pour faire une bonne partie de jeu vidéo. 

Le projet Germaine sur les trois MFR de Vendée a été repéré comme l’un des cinq coups de cœur de la campagne 2017-2018 de l’appel à partenariat MSA-MFR. « Cela nous engage à aller plus loin, estime Isabelle Nicodex. Comme faire stationner le camion sur le site de la maison de retraite pour être sûr de toucher les résidents. » Germaine n’a pas fini de germer.

 

Lire aussi

 
Les jeunes s’engagent. Sommaire de notre dossier.

Jeunes, citoyens et écolos. Vingt élèves de la MFR de Barbaste, petite ville du Lot-et-Garonne, se sont faits les ambassadeurs de la transition écologique au sein de leur établissement et auprès des enfants du centre de loisirs de la commune.

Se former à la campagne. Genèse des maisons familiales rurales.

Des liens forts entre MSA et MFR. Présentation de l’appel à partenariat.

Les Seysselans font leur cinéma. Les élèves de seconde de la maison familiale rurale du Pays de Seyssel, en Haute-Savoie, se sont essayés à l’art de la photographie. Objectif : mettre en avant le patrimoine local à travers des petites histoires racontées grâce à la technique du time-lapse.

Franck Rozé

Comments are closed.