Imprimer cet article Envoyer cet article

Etre baluchonneur, témoignages Un nouveau service pour permettre le répit (3/5)

 

Portrait de deux baluchonneuses travaillant pour le service Bulle d'air.

Ces baluchonneuses ont plusieurs interventions à leur actif. Elles évoquent leur activité. © Gildas Bellet

Pour lancer son service de répit aux aidants familiaux, Bulle d’air a recruté une cinquantaine de baluchonneurs sur le département de la Savoie.  Une activité d’appoint que nous font découvrir deux baluchonneuses qui ont déjà plusieurs interventions à leur actif.

Danielle Guiguet-Boulogne, baluchonneuse

« J’ai réalisé ma première intervention dans la résidence secondaire d’une personne atteinte d’épilepsie, qui suivait un traitement lourd le rendant sujet à une grande somnolence. Sa femme avait une réunion de famille assez loin, ce qui l’obligeait à s’absenter plus d’une journée.

Elle souhaitait une présence pour pouvoir partir tranquille et était contente de trouver une solution adaptée à ses préoccupations. » Si elle a aujourd’hui cessé son activité, Danielle Guiguet-Boulogne, professionnelle du soin, apprécie de continuer à rendre service. « Le but de ma présence est de tenir compagnie, d’écouter, de veiller à ce que tout se passe bien, d’accompagner une personne dans une sortie ou dans ses déplacements, en restant vigilante pour éviter les chutes par exemple. On s’occupe d’une seule personne, dans une relation en face à face, et on lui consacre tout son temps. » Après son baptême de baluchonneuse, activité qu’elle a découverte par voie d’affiche dans un pressing, Danielle a assuré d’autres interventions auprès d’un adolescent myopathe qui venait d’être accueilli en colonie de vacances. « Son auxiliaire de vie était souffrante et ne pouvait être auprès de lui. Il avait donc fallu trouver, pour quelques jours, une solution d’urgence pour permettre au jeune de ne pas être privé de cette colonie. Il s’agissait de l’accompagner dans les gestes de la vie quotidienne, en suivant les consignes données par son père, qui s’occupe habituellement de lui.

portrait de Danielle Guiguet-Boulogne, baluchonneuse

Danielle Guiguet-Boulogne. © Gildas Bellet

Autre expérience, pour une durée de 48 heures : « En raison de l’hospitalisation de son époux, une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer avait besoin d’une présence. Elle voulait sortir, se promener ce qu’elle faisait rarement avec son mari qui avait du mal à se déplacer. Nous avons d’ailleurs rendu visite à son époux à l’hôpital.

« Lorsque nous arrivons, les gens nous attendent et nous mettent vite bien à l’aise chez eux. Ils nous ouvrent leur maison et nous font confiance. En s’adressant à un service comme celui-là, ils sont rassurés.

« Je n’ai pas une activité régulière, mais il s’agit d’interventions ponctuelles. Et ce petit plus me permet de m’offrir des voyages, dont je n’ai jamais pu profiter auparavant. »

 

Joëlle Gonnet, baluchonneuse

« J’ai toujours mes baluchons avec moi, et tout à disposition dans ma voiture. Pour tout mener de front, il me faut beaucoup d’organisation. »  Joëlle Gonnet a l’habitude de se déplacer souvent en Savoie et dans la région pour assurer des séances de massage, à domicile ou en entreprise. Et, depuis quelques mois, pour se rendre chez des clients de Bulle d’air.

Après 35 ans passés en entreprise notamment en tant qu’assistante de direction, puis de responsable des approvisionnements – « des métiers avec beaucoup de contacts » -, Joëlle a perdu son emploi. Pas question pour elle de rester les deux pieds dans le même sabot et, après cet épisode douloureux de sa vie professionnelle, elle a vite cherché à rebondir, en voulant aussi réaliser un rêve d’enfant : « J’adorais le massage ; lorsque j’étais adolescente, je n’avais pas pu poursuivre d’études dans ce domaine, car j’ai dû travailler rapidement. Alors, je me suis formée ».

Portrait de Joëlle Gonnet, baluchonneuse.

© Gildas Bellet

Aujourd’hui, après quatre années d’études pour devenir thérapeute corporelle, Joëlle est en passe de réaliser ce rêve : « J’ai installé un cabinet chez moi et j’en partage un autre avec un ostéopathe à proximité de Lyon. » Reste que, dans l’attente de la mise en route effective de son projet, elle avait besoin d’une activité salariée. « J’ai tout fait : femme de chambre dans un hôtel par exemple. Et puis, j’ai passé une annonce sur un site Internet – “le Bon coin” ; j’ai été contactée par Émilie Boisseau, responsable de Bulle d’air ». Le baluchonnage, elle le voit comme une activité complémentaire à celle qu’elle a entamée. « Je vis seule et j’ai apprivoisé ma solitude, mais j’ai besoin d’aller au-devant des gens car on se nourrit des autres. » Avec le souci « de s’adapter, d’écouter, d’être patiente, de faire preuve d’empathie et d’humilité ». Joëlle a déjà rencontré des situations diverses comme une période d’hospitalisation de l’aidante qui cherchait quelqu’un pour la remplacer auprès de son époux pendant son absence, ou une intervention la nuit pendant plusieurs semaines pour assurer le relais d’une épouse fatiguée.

« Je téléphone toujours la veille de mon arrivée. Bulle d’air a au préalable élaboré une fiche de transmission qu’elle m’a remise : grâce à ce document, je sais à qui j’ai affaire, ce qui m’est demandé ; la situation est toujours fidèle à ce qui est noté. Et, si on a une question, on appelle le service, toujours joignable et à l’écoute. On ne reste jamais seul face à ses interrogations. Les clients nous attendent. En ce moment, j’interviens dans une famille la nuit.  Elle est aussi aux petits soins pour moi, a tout fait pour m’accueillir et est pleine d’intentions à mon égard. »

 

Lire aussi

le reportage réalisé en Savoie, département dans lequel a démarré l’activité de Bulle d’air, portée par l’association Présence à domicile ;

la genèse du projet et son évolution avec Denis Cheminal, directeur de la MSA Alpes du Nord et secrétaire général de l’association Présence à domicile, et Thierry Blanchet, président de l’association ;

l’entretien avec Gabrielle Lacombe, directrice de MSA Services Alpes du Nord.

 

Liens utiles

Le site Internet de Bulle d’air

La prestation de garde à domicile de la MSA Alpes du Nord

Le service de baluchonnage né au Québec

Baluchon Alzheimer en Belgique

Gildas Bellet

Comments are closed.