Imprimer cet article Envoyer cet article

Fête comme chez vous Les maisons d'accueil et de résidence pour l'autonomie (2/7)

Dix-huit Marpa sont réparties sur le département de l’Ain, grâce à un partenariat fructueux et ancien entre le conseil départemental et la MSA. À l’occasion du dixième anniversaire de celle de Viriat, rencontre avec les résidents et les acteurs de ces réalisations, qui ont répondu aux attentes d’hébergement exprimées par les personnes âgées.

Un projet de territoire, au service des aînés

Ambiance guinguette pour célébrer les dix ans de La cité des seniors, Marpa (maison d’accueil et de résidence pour l’autonomie) implantée à Viriat, dans l’Ain : musique et chanson française au son de l’accordéon, un personnel plein de peps, aux costumes colorés, qui a assuré la décoration des lieux, un accueil familial dans la bonne humeur !

Dans cette résidence pour personnes âgées, les locataires profitent de cette journée festive, avec leur famille. « Si la Marpa est animée, ouverte sur son environnement, c’est grâce à l’enthousiasme et la complémentarité de tous ceux qui apportent leur pierre au bien-vivre ensemble — résidents, familles, bénévoles…, souligne Claude Laurent, son président. Cette cité des seniors, c’est une chaîne. Avec ceux qui ont contribué au développement de ces maisons dans l’Ain — la MSA, le conseil départemental, les partenaires et financeurs — mais aussi les professionnels de santé. Pour qu’elle fonctionne bien, il ne faut pas qu’un maillon manque. » Une mobilisation de toutes les forces vives pour un projet de territoire, au service des personnes âgées.

« Déjà dix ans ! Que retenir si ce n’est le sourire des résidents ou des personnes salariées qui nous accueille lorsqu’on passe le seuil de la Marpa ? N’est-ce pas là le plus rassurant que de savoir que les gens habitant et travaillant en ce lieu se sentent bien, chez eux ?, déclare Bernard Perret, maire de la commune et conseiller départemental. Lorsqu’on arrive ici, on est en famille, entouré, en sérénité. »

Une prise d’engagement sur le long terme

Ce concept de petite résidence à but non lucratif (moins de vingt-cinq résidents) a été imaginé par la MSA au milieu des années 1980. L’Ain compte à lui seul 18 maisons de ce type. Et cinq nouveaux projets sont à l’étude. Le conseil départemental a reconnu très tôt la pertinence de ces maisons (l’ouverture de la première sur ce territoire date de 1994), conçues comme une réponse à la volonté des personnes âgées de conserver les avantages d’une vie à domicile, en sécurité et avec des liens sociaux. Il les a intégrées à son offre gérontologique et a conclu, avec la MSA, une convention de partenariat en 2003. Cet accord a entériné un premier programme d’envergure : la construction de dix établissements en milieu rural et périurbain. Puis, d’autres projets ont essaimé, répartis sur le département.

Guillaume Verne, référent Marpa à la MSA et animateur du réseau de l’Ain constitué en 2010, les accompagne. Un travail d’ingénierie de longue haleine puisqu’il faut plusieurs années avant l’ouverture effective de l’établissement : étude d’opportunité, montage du projet dans ses différents aspects – social, financier, architectural… – et construction.

Marcel Pepin, président de la Marpa de Saint-Etienne-du-Bois (Ain)

Marcel Pépin.

« C’est une prise d’engagement sur le long terme, souligne Marcel Pépin, président de l’association départementale des Marpa et de la maison de Saint-Étienne-du-Bois. Une structure de gestion prend en charge le fonctionnement de cet établissement : c’est donc une grosse responsabilité. Sur ma commune, l’étude des besoins a été réalisée en 1999, le démarrage de la construction mi-2003 et l’ouverture le 1er octobre 2004. 120 personnes y sont passées depuis. »

Les familles, actrices de l’accompagnement

Même constat de maturation nécessaire du projet pour Robert Fontaine, président de la petite unité de vie de Saint-Denis-lès-Bourg, qui vient de demander sa labellisation Marpa : « Une enquête a été lancée par la collectivité auprès de la population âgée de 75 ans et plus. 600 à 700 questionnaires ont été complétés.

Robert Fontaine, président de la petite unité de vie de Saint-Denis-lès-Bourg (Ain)

Robert Fontaine.

De nombreux habitants occupaient des logements surdimensionnés et certains aspiraient à une habitation plus adaptée à leurs besoins. Nous avons engagé le processus de création en 2006 et ouvert le 1er mars 2008. Dix ans après, on mesure toujours les atouts d’un concept constitué de lignes directrices et de fondamentaux non négociables – comme la participation des familles, actrices de l’accompagnement, l’ouverture sur l’environnement. Le cap a toujours été gardé. Il est incontournable. »

L’originalité de la formule réside dans le souhait de préservation des habitudes et des repères du quotidien, la liberté de choix, le lien social, la stimulation de l’autonomie par des salariés qualifiés. Et ce, au meilleur coût possible.

Celine Sibelle, responsable de la Marpa de Saint-Etienne-du-Bois (Ain)

Céline Sibelle.

« Le passage du domicile à la Marpa se travaille avec la famille, explique Céline Sibelle, responsable de la maison de Saint-Étienne-du-Bois. Trois mois sont généralement nécessaires pour que la personne trouve ses repères. La majorité des résidents viennent du secteur, mais sept sont arrivés pour se rapprocher de leur famille. D’autres, sans descendants directs, se sentent plus isolés. L’effet collectif peut combler ce manque. L’ouverture de la maison sur l’extérieur y participe aussi : des associations, des bénévoles viennent pour proposer des animations et accompagner des sorties. »

À La cité des seniors de Viriat, la fête d’anniversaire se poursuit : après apéritif et repas, certains résidents prolongent la discussion avec leurs proches, l’une fait les honneurs de son logement, d’autres s’essaient au « chamboule-tout » : sur les boîtes de conserves empilées qu’il s’agit de faire tomber avec une balle, figurent les photos des résidents et du personnel. Un beau portrait de famille !

 

Lire aussi

Bienvenue à la Marpa. Sommaire de notre dossier.

Les résidents en parlent. Ils ont choisi de s’installer dans une Marpa. Ce qu’ils en disent.

« Préserver l’autonomie ». Interview de Patricia Saget-Castex, présidente de la Fédération nationale des Marpa.

Un esprit « famille ». Les maisons d’accueil et de résidence pour l’autonomie en quelques points-clé.

Cultiver le collectif. Éclairage sur le réseau des Marpa des Hauts-de-France.

À vos fourneaux. Le département du Doubs a été classé troisième lors de la finale nationale du concours de gastronomie Silver fourchette. La Marpa Les clarines de Bellevue, à Pierrefontaine-les-Varans, était à l’honneur, grâce à l’un de ses agents d’accompagnement.

Gildas Bellet

Comments are closed.