Imprimer cet article Envoyer cet article

Formation : le mouton file un bon coton Mal de dos en agriculture (7/7)

PHOTO OUVERTURE MANIP OVINE

Démonstration de manipulation ovine dans la bergerie du lycée agricole de Saint-Affrique, dans l'Aveyron © Franck Rozé

Le « groupe ovin » a mis au point une formation inédite à la manipulation et à la contention des moutons. En novembre dernier, des binômes composés de conseillers en prévention de la MSA et de relais professionnels se sont retrouvés à Saint-Affrique, dans l’Aveyron, pour se former eux-mêmes avant de passer le témoin aux éleveurs. Affaire à suivre.

Si compter les moutons n’a jamais réclamé de compétences particulières, les manipuler s’avère une tout autre paire de manches, en laine de préférence. Une formation à la manipulation et à la contention des ovins vient de naître. Mise au point par le « groupe ovin » de la MSA (1), avec l’appui de la Caisse centrale, elle présente une version enrichie d’un module de formation créé il y a 6 ans par Alain Hardy, enseignant en zootechnie au lycée agricole « La Cazotte » à Saint-Affrique (Aveyron), et par une ancienne conseillère en prévention de la MSA Midi-Pyrénées Nord.

Pas dans l’Aisne, dans l’Aveyron

Du 26 au 29 novembre, à Saint-Affrique, des binômes de formateurs, composés d’un conseiller en prévention de la MSA et d’un relais professionnel, ont été conviés à venir… se former. Une immersion de plusieurs jours dans le mouton pour n’en retirer que du bon avant de le retransmettre par la suite aux exploitants, aux salariés de la filière et aux jeunes en formation.

Une session volontairement élargie pour aborder le sujet dans sa diversité. « On regroupe ainsi différents bassins d’élevage, explique Magali Boularand, conseillère en prévention. Races, taille des troupeaux, production laitière ou viande… On a essayé de gommer les différences pour proposer la formation la plus polyvalente qui soit. »

Au programme des activités : zoonoses, risques chimiques, comportement des ovins, prévention des risques liés aux activités physiques (Prap), principes et matériels de contention, installation et réalisation des chantiers (pesée, parage, traitement, tri…), manipulations individuelles… Mais encore présentations des chiffres de la filière ou des supports vidéos du kit et du livret d’accompagnement destinés aux formateurs. Un cursus chargé mais alternant idéalement la théorie et la pratique, entre matinées en salle et après-midis sur les ateliers.

Laineux, pas « l’haineux »

« Le mouton, dont l’ancêtre est le mouflon, est un animal social qui se caractérise par un comportement allomimétique − grégarité cependant variable selon les races − et agonistique, ce qui signifie qu’il a la capacité de résoudre un conflit avec un congénère sans aller jusqu’à la lutte. Il vit en groupes qui répondent à des règles de fonctionnement : les hiérarchies sociales de dominance et de guidage. Pour cette dernière, en liberté, il est remarquable de constater que certains animaux, qui ne sont pas nécessairement dominants, sont à l’initiative, à l’avant du groupe. Le troupeau progresse en fonction de l’impulsion de ce groupe dont les individus ne sont, par ailleurs, pas toujours les mêmes. »

Ces quelques considérations sont extraites du module « comportement et sens des ovins » présenté lors de la formation. L’éthologie, c’est-à-dire l’étude du comportement, revêt un intérêt particulier pour l’éleveur dans la manipulation et la contention. A contrario de l’anthropomorphisme (prêter aux animaux des sentiments humains), il convient de faire un effort pour comprendre comment fonctionne l’animal dans son groupe et dans sa situation de conduite d’élevage.

« Cela représente deux ans de boulot », confie Magali Boularand, pas peu fière du résultat. Elle aurait tort de s’en priver. Les conseillers en prévention du « groupe ovin » des MSA du Limousin, Midi Pyrénées Nord et Sud, et Sud Aquitaine, ont travaillé de concert avec des enseignants en zootechnie, Alain Hardy et Jérôme Hercouet, un éleveur, Franck Watts, et des conseillers en prévention nationaux pour aboutir à un outil ad hoc au packaging irréprochable.

Des reliures sur le mouton dans une mallette

Une petite mallette remise aux formateurs contient tous les supports nécessaires pour transmettre les savoir faire et connaissances. « Une boîte à tiroirs que l’on ouvre en fonction des besoins (zones, publics, etc.) », résume Magali Boularand. « Dans les Bouches-du-Rhône, on dénombre beaucoup de grosses exploitations ovines, de 300 à plus de 5 000 têtes, déclare Aurélie Brun, conseillère en prévention de la MSA Provence Azur. Avec mon binôme, Marc Kérimel, technicien d’élevage à la Chambre d’agriculture, nous allons désormais nous approprier la formation et l’adapter à la demande. »

PELUCHE

Pastoralia, le monde des brebis, est un espace de découverte dédié à l'élevage de la brebis Lacaune, dont le lait sert pour la fabrication du Roquefort. Il est situé auprès de la bergerie du lycée agricole de Saint-Affrique © Franck Rozé

« Le module de formation se construit à deux », insiste, de fait, Magali Boularand, même si l’un des deux membres du binôme se sent toujours plus à l’aise soit sur la partie manipulation, soit sur la partie théorique. « Cette formation est remplie de choses que je sentais mais que je n’osais pas communiquer », confie Marc Kérimel, juste après la présentation du module sur le comportement ovin. Il a bien l’intention de s’entendre avec Aurélie Brun, son binôme, pour communiquer dans ce sens auprès des éleveurs.

L’idéal étant de leur présenter une formation qui tient sur une journée. Les questions plus approfondies en lien avec la manipulation/contention du mouton ou la conduite du troupeau, comme l’utilisation des chiens de bergers, peuvent, quant à elles, faire l’objet de sessions de formation complémentaires.

Désormais, aucun bélier ne saurait venir à bout de ces formateurs. Ils sont tous repartis blindés sur le sujet.

 

(1) Le « groupe ovin » est constitué de conseillers en prévention (Magali Boularand, MSA Midi-Pyrénées Nord ; Arnaud Calmes et Matthieu Navarro, MSA Midi-Pyrénées Sud ; Bernard Borie et Stéphane Dardillac, MSA du Limousin ; Karine Charonnat, MSA Sud Aquitaine), d’un conseiller national en prévention (Florian Dassé, Caisse centrale), et de trois formateurs (Alain Hardy, Jérôme Hercouet et Franck Watts).

Conseillers en prévention : qui contacter ?

  • MSA Ain-Rhône. Sergine Urvoy, 04 78 92 63 06 ou 06 75 26 60 01
  • MSA Alpes Vaucluse. Nicolas Prat, 04 92 40 11 65 ou 06 73 28 61 16
  • MSA Auvergne. Denis Beauchet, 04 73 43 76 56 ou 06 87 70 16 41
  • MSA Berry Touraine. François-Xavier Debois, 02 54 29 46 48 ou 06 77 06 81 64 et Xavier de Mori, 02 47 31 61 56 ou 06 86 05 36 92
  • La caisse régionale MSA de Bourgogne. Dominique Régnier, 03 80 63 22 51 ou 06 11 98 15 90
  • MSA des Charentes. Gérald Fouga, 05 46 97 50 75 ou 06 09 61 71 29
  • MSA Dordogne, Lot et Garonne. Cyrille Gotte, 05 53 67 77 84 ou 06 76 85 47 41
  • MSA du Languedoc. Gérard Molines, 04 66 49 79 75 et Alain Canaguier, 04 66 63 69 42
  • MSA du Limousin. Bernard Borie, 05 55 93 40 21 ou 06 83 22 05 54 et Stéphane Dardillac, 05 55 49 87 15 ou 06 83 22 06 21
  • MSA Midi-Pyrénées Nord. Magali Boularand, 05 63 48 40 06 ou 06 45 51 15 80
  • MSA Midi-Pyrénées Sud. Matthieu Navarro, 05 61 65 75 70 ou 06 74 40 59 86 et Arnaud Calmes, 05 61 68 96 43 ou 06 15 58 77 63
  • MSA de Picardie. Thomas Delattre, 03 22 82 63 32 ou 06 26 23 38 08
  • MSA Provence Azur. Aurélie Brun, 04 91 16 68 82 ou 06 30 67 87 84
  • MSA Sèvres-Vienne. Jacky Demarconnay, 05 49 44 89 39
  • MSA Sud Aquitaine. Karine Charonnat, 05 59 90 17 88 ou 06 89 72 95 64

Lire aussi :

Mal de dos en agriculture (1/7)

Halte à la douleur ! (2/7)

Deux entreprises témoignent (3/7)

Les paysagistes font face (4/7)

Des gestes simples (5/7)

Attention aux vibrations (6/7)

 

Franck Rozé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *