Imprimer cet article Envoyer cet article

Le dépistage des cancers de la peau

 

Le mélanome est le plus grave des cancers de la peau, mais plus il est détecté tôt, plus il a de chance de guérir. C’est pourquoi il est important de surveiller sa peau. Agir rapidement est vital.

Illustration de Clod

 

En quoi consiste le dépistage ?

Il s’agit d’un examen visuel de l’ensemble de la peau, qui permet de détecter précocement les cancers de la peau. Il est pratiqué par un dermatologue qui repère les taches ou les grains de beauté pouvant faire suspecter un cancer. S’il identifie une tache suspecte, il propose soit de la surveiller, soit de la retirer sous anesthésie locale et de la faire analyser pour préciser le diagnostic.

Pourquoi se faire dépister ?

Cette détection précoce est capitale, en particulier pour le plus grave de ces cancers, le mélanome (10 % des cancers de la peau), dont le nombre de nouveaux cas par an a fortement augmenté ces deux dernières décennies. Il peut la plupart du temps être guéri lorsqu’il est détecté à un stade précoce. À l’inverse, un mélanome diagnostiqué trop tardivement réduit les chances de guérison : le taux de survie à cinq ans est alors en moyenne de 60 % en cas d’extension ganglionnaire et ne dépasse pas 20 % pour le stade métastatique. C’est pourquoi la prévention à l’exposition solaire, pour éviter le mélanome, et le diagnostic précoce, pour le prendre en charge le plus tôt possible, sont essentiels. 

Quels sont les autres cancers de la peau ?

Les carcinomes. Ils représentent 90 % des cancers de la peau et sont moins graves. Ils sont plus facilement guérissables dans la majorité des cas. Cependant, non traités à temps, ils peuvent entraîner des conséquences sérieuses. Ils apparaissent le plus souvent après cinquante ans, sur les parties découvertes du corps (visage, cou, épaules, avant-bras, mains…).

Quels sont les facteurs de risque ?

Une exposition prolongée aux rayons ultraviolets, qu’ils soient naturels (le soleil) ou artificiels (les cabines de bronzage), favorise à long terme l’apparition de cancers de la peau. Si le soleil est indispensable au corps humain, quelques minutes par jour suffisent pour profiter de ses bienfaits. Ne pas en abuser. Par ailleurs, les personnes à peau claire, à cheveux blonds ou roux notamment, sont plus à risque et doivent être particulièrement vigilantes. 

Quels signes doivent alerter ?

Le mélanome se manifeste soit par l’apparition d’une petite tache pigmentée sombre sur une peau saine, soit par la modification d’un grain de beauté. Attention s’il grossit, si les bords sont irréguliers, si la couleur est non homogène, s’il est asymétrique et si le diamètre est supérieur à 5 mm. Une consultation médicale est impérative si un ou plusieurs de ces signes sont constatés.Un carcinome peut être suspecté si une plaie ne cicatrise pas ou si une lésion persiste. Dans ces cas, il faut demander un avis médical dans les plus brefs délais.

Combien de personnes sont touchées ?

En 2009, un peu de 77.000 patients ont été pris en charge pour un cancer de la peau. En 2011, on estime à près de 10 000 le nombre de nouveaux cas de mélanome et à 1 620 le nombre de décès imputables à ce cancer.

Une étude américaine récente a montré que le nombre annuel de nouveaux cas de mélanome a considérablement augmenté, depuis 40 ans, chez les hommes et les femmes âgés de 18 à 39 ans. C’est pourquoi il faut être à la fois prudent et vigilant.

Anne Pichot de la Marandais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *