Imprimer cet article Envoyer cet article

Le malheureux destin d’Émile Poulain Prévenir le mal-être des agriculteurs (6/6)

La compagnie Entrées de jeu a bluffé le public de Levet avec son spectacle interactif sur le suicide en agriculture. © Eve Dusaussoy

Les élus de la MSA Beauce Cœur de Loire ont choisi les planches pour sensibiliser au problème du suicide en milieu rural. À leur demande, la compagnie Entrées de jeu a mis le sujet sous les projecteurs le 23 novembre, dans le Cher, avec sa pièce Émile de père en fils. 

Quatre saisons. Une année. Une descente aux enfers. « Travailler comme on travaille et ne jamais en voir le bout… Des fois, on a plus le goût à rien. Alors quand, en plus, le ciel nous tombe sur la tête… » Émile Poulain ouvre la pièce et annonce la couleur.

Le rouge domine dans un décor minimaliste : une table, trois chaises et un cadre désuet. C’est là, dans la salle à manger de leur ferme, qu’Émile et sa femme Claire partagent le café avec Jacques le voisin et ami d’enfance. Le couple joint péniblement les deux bouts, gérant de plus en plus difficilement les aléas de l’exploitation. De son côté, Jacques a réussi ; il a transformé sa ferme en auberge et ne revient au village que pour les vacances. Il rend à chaque fois visite à son ami et assiste à sa lente dégringolade. 

Un théâtre interactif 

En faisant appel à la compagnie Entrées de jeu et à sa pièce Émile de père en fils, le 23 novembre à Levet (Cher), les délégués de la MSA Beauce Cœur de Loire ont voulu une action forte de sensibilisation au suicide en milieu rural. Une quinzaine d’élus des échelons locaux de Bourges et de Champagne Sud se mobilise depuis plus d’un an pour briser le tabou.

Jacques Biet, Marie-José Nivet et Françoise Jamet. © Eve Dusaussoy/Le Bimsa

« On connaît tous des cas autour de nous, témoigne Françoise Jamet, présidente de l’échelon local de Bourges. Dans les campagnes, les exploitations se sont agrandies et les voisins sont de plus en plus loin. Il y a des agriculteurs qui ne voient personne de la journée. Cet isolement est l’une des causes les plus importantes de dépression. »

« Sur la scène, on peut évoquer des sujets graves tout en restant dans la légèreté. »

Pour Marie-José Nivet, présidente de l’échelon local de Champagne Sud, « il y en a qui se suicident alors que tout semble aller bien pour eux : leur couple fonctionne, leurs enfants font des études, l’exploitation tourne bien, etc. Et un jour, on ne sait pas pourquoi, ils décident de quitter la vie ». Il fallait donc mettre le sujet sur la table. Et quoi de mieux que le théâtre pour toucher un maximum de personnes ? « Sur la scène, on peut évoquer des sujets graves tout en restant dans la légèreté. »

Un laboratoire d’idées

C’est justement ce que propose la compagnie Entrées de jeu, spécialiste du théâtre interactif et de l’improvisation. Une animatrice explique les règles : « Essayez de voir si vous êtes d’accord ou pas avec la façon dont réagissent les personnages. Les comédiens vont rejouer les scènes et, la deuxième fois, vous aurez droit de me faire signe et de venir jouer la scène autrement.»

© Eve Dusaussoy/Le Bimsa

Les planches deviennent un laboratoire où le public réfléchit et expérimente pour répondre aux problèmes posés. Les comédiens, trois au départ, sont rejoints par des spectateurs qui prennent leur courage à deux mains. Etienne, par exemple, se lance : « Je n’aurais pas réagi comme ça à la place de Jacques. C’est son ami, il doit lui proposer son aide, l’inciter à affronter ses problèmes et passer à l’action. » L’animatrice l’invite aussitôt à monter sur scène, sous les applaudissements de la salle. 

Proposer des solutions 

 Émile de père en fils est à l’origine une commande de la MSA Côtes Normandes. Si elle a été écrite à partir de témoignages recueillis par la troupe il y a une dizaine d’années, elle reste encore d’actualité.  Les risques psychosociaux qui plongent les agriculteurs dans la dépression et les conduisent au suicide augmentent. En France, un agriculteur se suicide tous les deux jours et pour Jacques Biet, directeur adjoint à la MSA Beauce Cœur de Loire, « ce chiffre est sous-évalué ».

« Dès qu’il y a un imprévu, c’est la catastrophe »

Face aux crises agricoles et aux aléas climatiques, les Poulain subissent et pâtissent. « C’est comme ça. Dès qu’il y a un imprévu, c’est la catastrophe », se désole Claire. La coopérative menace d’annuler la collecte. La tempête a fait des ravages, les champs sont inondés et les récoltes n’annoncent rien de bon. Émile croule sous les dettes. Les rappels s’entassent dans sa boîte aux lettres : « On n’ouvre plus le courrier ; c’est que des mauvaises nouvelles. » Et lorsque son ami Jacques lui rappelle qu’il peut se faire aider financièrement, l’exploitant baisse les bras d’avance devant les formulaires à remplir : « Bientôt on va passer plus de temps sur l’ordinateur que sur le tracteur. »

Un élan collectif

Plusieurs mois ont passé. L’eau-de-vie remplace le café dans les tasses. Un matin, l’agriculteur trouve une corde et envisage le pire. « Que doit faire Jacques pour venir en aide à son ami ? Et sa femme, a-t-elle un rôle à jouer ? », interpelle l’animatrice. Dans la salle des fêtes de Levet, les spectateurs proposent des solutions et prennent plaisir à monter sur scène. Un élan collectif qui permettra d’écarter Émile de son malheureux destin. 

Au-delà du divertissement, Marie-José Nivet et les élus de la MSA espèrent que la prise de conscience a opéré ce soir.  « Chacun doit savoir qu’il peut se faire aider. Cette soirée est un point de départ pour parler de ce que fait la MSA pour prévenir le risque suicidaire : Agri’Écoute, services de remplacements, cellules de prévention et d’accompagnement, etc. De notre côté, continuons à travailler dans un esprit collectif avec nos partenaires et développons notre réseau d’alerte sur le territoire ! »

 

 

Une cellule de prévention et d’accompagnement 

La MSA Beauce Cœur de Loire a mis en place, en 2012, une cellule de prévention et d’accompagnement (CPA) du mal-être et du risque suicidaire. Elle est composée de médecins, de travailleurs sociaux, de conseillers en protection sociale, de psychologues, d’animateurs de la vie mutualiste, de conseillers en prévention des risques professionnels…

Ces personnes, amenées à rencontrer des exploitants ou des salariés agricoles au quotidien, ont été formées au repérage des signaux annonciateurs de détresse : idées noires, repli sur soi, désir exprimé d’en finir, changement d’humeur et de comportement, consommation excessive d’alcool, de drogues, de médicaments, perte de goût pour les centres d’intérêt habituels, insomnie, etc. En fonction des signalements, la cellule peut réagir très rapidement.

Depuis sa mise en place en 2012, la cellule a étudié 264 signalements. Depuis 2016, les salariés d’organisations professionnelles agricoles ou de partenaires de la MSA participent également aux signalements. 

 

lire aussi

Prévenir le mal-être. Sommaire de notre dossier.

Oser pour aller mieux. La projection du film Oser pour aller mieux à Lavelanet, en Ariège, suivie d’échanges, met en lumière des témoignages émouvants d’exploitants du territoire.

Être sentinelles en Bretagne. Le 22 novembre, à Loudéac, les sentinelles du territoire ont échangé sur leurs expériences avec des professionnels de santé. Elles sont aujourd’hui 124 dans toute la région, souvent le premier maillon d’une chaîne de dispositifs de prévention complémentaires.

Agri’écoute renforcé. Créé en octobre 2014 par la MSA, ce service d’écoute téléphonique est accessible 24h/24 et 7j/7. Il permet à tout adhérent de dialoguer anonymement avec des psychologues cliniciens. Entre octobre 2014 et février 2018, Agri’Écoute a traité plus de 4 000 appels.

Une mobilisation nationale. Après le constat d’une surmortalité de 20 % supérieure à la moyenne nationale, la MSA lance en 2011 un plan national de prévention contre le suicide dans le monde agricole. Depuis, de nombreuses actions ont été déployées et un nouveau programme 2016-2020 élaboré.

Eve Dusaussoy

Comments are closed.