Imprimer cet article Envoyer cet article

Les petits plats dans les grands

concours gastronomique Solidel à Noirmoutier

Photos : Gildas Bellet

Les événements culinaires ont le vent en poupe. Solidel, réseau pour les travailleurs handicapés du secteur agricole et des territoires ruraux, a organisé, avec le soutien de plusieurs partenaires, son premier concours de cuisine pour les établissements et services d’aide par le travail et les entreprises adaptées du monde agricole. Les équipes en lice ont mis les bouchées doubles pour décrocher la timbale.

C’est à Noirmoutier, au village de vacances Les Quatre vents que toutes les équipes se sont retrouvées. Ce village, membre de l’AVMA (Association de vacances de la Mutualité agricole), intègre un établissement et service d’aide par le travail (Esat) qui assure pour lui diverses prestations : cuisine, service en salle, blanchisserie, entretien des espaces verts… Un gîte avec cuisine aménagée était mis à disposition de chaque équipe concurrente pour qu’elle mitonne sa recette. Ici, l’Esat Domaine de Pescheray (Sarthe) va dresser son plat : un filet de saumon rôti, accompagné de topinambour façon risotto et cappuccino de langoustine.

concours gastronomique Solidel à Noirmoutier - ici l'équipe du domaine de Pescheray

Constituées de trois travailleurs en situation de handicap au maximum et d’un encadrant, les 18 équipes candidates se sont affrontées dans deux catégories : « sucré » (7 groupes) ou « salé » (11 groupes). Les produits locaux – dont ceux directement issus de la production des structures candidates – et de saison étaient mis à l’honneur dans les plats concoctés par les équipes.

La volonté était d’impulser une dynamique de réseau parmi les ESAT et les EA agricoles sur le thème de la nutrition et de valoriser le savoir-faire des personnes qui travaillent dans ces structures.

concours gastronomique Solidel à Noirmoutier

 
« La cuisine n’est pas notre métier mais un plaisir et un loisir », expliquent Patricia, Hervé et David, au côté de leur monitrice Emmanuelle. Cette équipe venue du foyer l’Oasis à Chauffailles (Saône-et-Loire), a, après de nombreux tests, mis au point une recette de gaufres aux légumes pour participer au concours.

Le parrain du concours

Yannick Ferrant, chef des cuisines du ministère des Relations avec le parlement, parrain de cette première édition, anime le jury qui goûte et note les mets, et n’a pas une tâche facile pour départager les candidats. « En tant que professionnel de la restauration, je suis étonné de ce qui est  ̏sorti˝. Les réalisations sont diverses dans les parfums, les goûts, les présentations. C’est visuellement joli et excellent sur un plan gustatif. Le niveau est très élevé. Soyez fiers de votre travail. »

Yannick Ferrant, chef des cuisines du ministère des Relations avec le parlement, parrain de la première édition du concours gastronomique Solidel à Noirmoutier

 

Le jury

De gauche à droite : Robert Caldayroux (AVMA), Eric Nauleau (Crédit agricole), Didier Leroux (Agrica), Eric Van Daele (président de Solidel) et Yannick Ferrant. Absente sur la photo, Chérine Masri, de l’association de producteurs Saveurs de l’île de Noirmoutier.

Jury du concours gastronomique Solidel à Noirmoutier. De gauche à droite : Robert Caldayroux (AVMA), Eric Nauleau (Crédit agricole), Didier Leroux (Agrica), Eric Van Daele (président de Solidel) et Yannick Ferrant.

« Nous avons voyagé d’une région à l’autre et découvert des richesses de savoir-faire et de savoir être » (Didier Leroux). « Il y a une relation affective entre celui qui élabore le plat et celui qui le déguste. C’est beaucoup d’honneur que vous nous avez fait » (Eric Van Daele).

 

La remise des prix – catégorie « sucré »

Séquence émotion garantie pour la proclamation des résultats. Dans la catégorie « sucré », le 1er prix revient à l’Esat Domaine de la Fontaine (Haute-Vienne) pour son dessert à base de pomme. Pour Hélène, Sébastien et Benoît, accompagnés de leur encadrant Patrick, « être ici à Noirmoutier, c’est une reconnaissance, un regard sur les personnes en difficulté et un intérêt pour leur travail ».

Sur la deuxième marche du podium, l’Esat Le Ponceau (Mayenne) pour son bavarois aux pommes. À la troisième place, l’Esat Les Hauts de l’Escaut (Nord) pour son assiette gourmande comprenant un crumble aux pommes avec spéculos, de la panacotta à la bêtise de Cambrai et un chocolat chaud avec chantilly et spéculos. Une recette travaillée pour l’occasion avec des produits régionaux !

La remise des prix – catégorie « salé »

Même tension pour l’annonce du palmarès de la catégorie « salé », avant la traditionnelle photo de groupe. L’Esat La Joncquière (Marne) a raflé la première place avec son suprême de poulet fermier au ratafia et truffe de champagne, accompagné d’un risotto de lentillons de Reims et de légumes de saison.

L’Esat Biocat (Loire-Atlantique) s’est hissé sur la deuxième marche du podium avec son suprême de pintade braisé au pinot gris, tatin de chou rave et courge blue ballet. Troisième place et ambiance marine pour le régional de l’étape : l’Esat des Quatre Vents (Vendée) et sa recette de risotto aux noix de Saint-Jacques.

Les gagnants ont reçu une sélection de produits biologiques issus de la production d’ESAT et d’EA de toutes les régions de France, et sont invités à déguster un repas dans un restaurant gastronomique étoilé.

Gildas Bellet

Comments are closed.