Imprimer cet article Envoyer cet article

L’essentiel est de participer

 

Des Géront’Olympiades en Charente-Maritime : voilà un challenge de taille pour les  personnes âgées appelées à concourir pour les couleurs de leur d’Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). Aux commandes, sur les différentes épreuves : des élus de la MSA des Charentes. Reportage à Saint-Denis du Pin.

Pendant les épreuves des Géront'Olympiades de  Saint-Denis-du-Pin (Charente-Maritime) en octobre 2011. © Gildas Bellet.

Pendant les épreuves des Géront'Olympiades de Saint-Denis-du-Pin (Charente-Maritime) en octobre 2011. © Gildas Bellet.

Cinq participants par établissement

« Allez Jeannette », « bravo Gaby », « encore une fois Ginette »… Les encouragements fusent, les yeux pétillent, un large sourire barre le visage de la plupart des résidents d’une dizaine d’Ehpad, qui se retrouvent aujourd’hui pour leurs premières Géront’Olympiades. Une journée co-organisée par l’Asept des Charentes (Association santé éducation et prévention sur les territoires) et par l’Ehpad « Les jardins de Loulay ».

Cinq participants par établissement, arborant un tee-shirt dessiné pour l’occasion, chouchoutés et boostés par des animateurs et des soignants volubiles, entament une compétition bon enfant pour figurer sur le podium et ravir des trophées fort convoités. Ils se mesurent, avec application, concentration et un plaisir très communicatif, sur différents jeux : chamboule tout, lancer de ballon, parcours de marche, football, croquet et bowling.

« Notre idée de départ était de proposer des jeux adaptés à la dépendance, précise le Dr Colombo, médecin coordonnateur de l’Ehpad de Marennes, établissement dans lequel ont été imaginés ces épreuves il y a quatre ans, dans une optique de regroupement convivial. »

Un collectif – réunissant l’ergothérapeute, le  kinésithérapeute, un cadre de santé, le médecin coordonnateur et de la direction de l’établissement – s’est constitué pour mettre au point cette manifestation. « Avec une approche de santé publique, et le recours à l’activité physique, souligne Karine Sens, directrice de cet établissement. Et nous profitons de cette occasion pour délivrer des messages sur la santé et la nutrition », notamment lors des repas pris en commun. 

Activité physique, nutrition et lien social

« Chaque jeu, validé par l’ergothérapeute et le kinésithérapeute, a été choisi en fonction d’objectifs précis, afin de travailler par exemple sur l’équilibre, la coordination, la stratégie, les réflexes… », poursuit le Dr Colombo. S’ils ont insisté fortement sur l’activité physique et la nutrition, les initiateurs ont aussi largement pris en compte la dimension du lien social : « C’est un moyen de rendre un rôle social aux résidents, note Karine Sens. Cette occasion est aussi un moment de partage énorme avec les accompagnateurs, dans une relation autre que celle du soin. On fait plaisir aux personnes âgées et, en retour, elles nous donnent énormément. »

Parmi les épreuves : le tir au but. © Gildas Bellet
Parmi les épreuves : le tir au but. © Gildas Bellet
Parcours chronométré. © Gildas Bellet
Parcours chronométré. © Gildas Bellet
Epreuve du lancer de ballon. © Gildas Bellet
Epreuve du lancer de ballon. © Gildas Bellet
En place pour le chamboule-tout. © Gildas Bellet
En place pour le chamboule-tout. © Gildas Bellet
Règles adaptées selon les possibilités. © Gildas Bellet
Règles adaptées selon les possibilités. © Gildas Bellet
Deux tirs autorisés, un point par quille. © Gildas Bellet
Deux tirs autorisés, un point par quille. © Gildas Bellet
Un tir très observé. © Gildas Bellet
Un tir très observé. © Gildas Bellet
Un sans faute au bowling, bravo ! © Gildas Bellet
Un sans faute au bowling, bravo ! © Gildas Bellet
Remise des prix. © Gildas Bellet
Remise des prix. © Gildas Bellet
Les gagnants au classement individuel. © Gildas Bellet
Les gagnants au classement individuel. © Gildas Bellet
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Aux commandes, sur chacune des épreuves : des délégués MSA qui, après une rencontre avec le médecin et l’ergothérapeute pour une prise d’information sur les enjeux de chaque épreuve en termes de santé et sur les règles du jeu, étaient volontaires pour offrir une journée de leur temps afin d’apporter leur pierre à l’organisation.

Michelle Menant (1er collège), chronomètre en main, anime le parcours de marche ; Andrée Damon (1er collège) veille au respect des règles sur l’épreuve de football ; Catherine Trochut (3e collège) ajuste la distance de tir en fonction des possibilités des participants pour le lancer de balle ; Pierre-Charles Raulx (1er collège) met à l’aise les participants pour le bowling ; Monique Elineau (2e collège), qui avait dit ne pas être importunée par le bruit, supervise le chamboule tout ; Marie-Yannick Ragonnaud (1er collège) prend note des points acquis sur l’épreuve de croquet. Animateurs, gardiens du temps, arbitres…

Une image concrète de la solidarité

Ces six délégués, sensibilisés aux questions de santé et désireux de prendre une part active à l’animation de leur territoire de vie, partagent leur enthousiasme et donnent à voir une image concrète de la solidarité.

« Nous sommes des gentils organisateurs », commente avec humour Pierre-Charles Raulx. Des gentils organisateurs qui semblent bien rôdés à l’exercice car, même si certains ne sont élus MSA que depuis l’an dernier, ils n’en sont pas à leur coup d’essai.

Parmi les initiatives à leur actif : l’animation du « bagage de BONNESANTÉ », mallette de prévention ludique, à destination des enfants, pour les sensibiliser à la prévention des cancers (voir Le Bimsa 100 et Le Bimsa 113), l’organisation prochaine dans le cadre d’Octobre rose d’une conférence « Alimentation et prévention des cancers ? » avec le Pr Khayat, chef du service cancérologie à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière (Paris), la constitution d’un groupe de parole pour des aidants familiaux, l’accueil de 800 enfants qu’ils ont accompagné sur les stands du Salon du bien vivre, la mobilisation pour le Téléthon…

« Les délégués assurent l’animation de proximité »

« Les élus sont la principale ressource pour l’animation des territoires et le développement de nos programmes en termes de santé », souligne Arnaud Simon, responsable de l’Asept. « Vecteurs des actions de la MSA et de l’Asept, et force de proposition, les délégués s’emparent des thématiques et assurent l’animation de proximité », pointe Claudine Guérin vice-présidente de la MSA des Charentes et présidente de la Conférence de territoire de Charente-Maritime Sud et Est de l’ARS Poitou-Charentes.

La présence de la MSA des Charentes sur les territoires est organisée autour de dix agences. Sur chacune, un comité se réunit pour définir un programme d’activités en fonction des grandes orientations de la MSA et des besoins identifiés sur le secteur. Les délégués y prennent une part active – « nous avons vraiment un rôle et nous sentons utiles », insiste Catherine Trochut qui, dès son premier mandat, a souhaité s’investir pleinement et veut agir.

« Au niveau de chaque comité d’agence, nous voyons quelles animations, manifestations – agricoles, culturelles, sportives… – nous souhaitons soutenir » (sous forme de subvention et de participation des délégués), explique Sylvain Lapetitte, responsable des agences MSA Services de Saintes et Saint-Jean-d’Angély. Discussions et échanges donc, pour définir le choix des engagements les plus pertinents sur chaque territoire.

Envisager d’autres partenariats

L’édition des Géront’Olympiades à Saint-Denis du Pin a bien entendu été discutée en comité d’agence et c’est là que s’est décidée la participation de quelques élus. Et l’initiative aura des prolongements concrets : « Avec le président de l’échelon local des secteurs concernés,  nous reprendrons contact avec les Ehpad participants, pour leur présenter les services du groupe MSA et envisager d’autres actions et partenariats dans les domaines de la prévention et de l’éducation en santé », précise Arnaud Simon. Une toile continue de se tisser avec l’apport de tous.

Gerontolympiades à Saint-Denis-du-Pin (Charente-Maritime) en septembre 2011

De gauche à droite, Arnaud Simon, Marie-Yannick Ragonnaud, Pierre-Charles Raulx, Monique Élineau, Catherine Trochut, Michelle Menant, Andrée Damon et Sylvain Lapetitte. © Gildas Bellet.

« En matière de politique de santé, d’accès aux soins, de projets pour des maisons de santé…, les élus opèrent une remontée des besoins, remarque Evelyne Massard, directeur adjoint de la MSA des Charentes, chargée de la santé et des services aux assurés. Certains sont animateurs des ateliers du bien vieillir, du programme Pac-Eurêka. Nous avons une population vieillissante sur le territoire et tentons de mener un maximum d’actions en sa faveur. Mais pas exclusivement, car nous travaillons aussi énormément avec les adolescents, notamment dans les maisons familiales rurales pour l’éducation nutritionnelle et la prévention des addictions. » Une occasion supplémentaire, pour les élus MSA, de s’impliquer pour la promotion la santé.

 

A lire aussi

Olympiades pour le troisième âge. L’édition 2012.

Gildas Bellet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *