• A A A
  • Imprimer cet article Envoyer cet article

    Mutuelles de santé au Burkina Faso Un réseau de mutuelles pour les cotonculteurs burkinabè (1/7)

    groupe de cotonniers au Burkina Faso, près de Bala

    La culture du coton a une place de choix au Burkina Faso avec plus de 350,000 producteurs. Elle fait vivre plus de 3 millions de personnes. © Gildas Bellet

    Prendre en charge sa propre santé dans un pays où le système de protection sociale reste encore en devenir, telle a été l’option choisie par les producteurs de coton au Burkina Faso. Une aventure qui a débuté en 2007, avec la création d’une première mutuelle de santé. Elle s’est poursuivie, de 2009 à 2013, par la mise en place de trois nouvelles mutuelles, dans le cadre d’un projet financé par l’Union européenne avec l’appui technique de la MSA (caisse centrale et MSA des Charentes).

    Retour, dans notre dossier, sur ce pari de vouloir garantir collectivement les risques de santé ou d’accident grâce à la solidarité, et rencontres avec les différents protagonistes.

    Au sommaire de ce dossier

    Les cotonculteurs s’engagent pour leur santé. Au Burkina Faso, la population agricole et rurale ne bénéficie pas d’une couverture sociale et a du mal à accéder à des soins. Pour inverser la tendance, quatre mutuelles de santé ont été créées dans le sud-ouest de pays. Une initiative professionnelle solidaire qui a bénéficié de l’expertise de la MSA.

    Témoignage d’Harouna Padiene, responsable de l’antenne du Réseau d’appui aux mutuelles de santé de Bobo-Dioulasso, partenaire local de toutes les étapes.

    En quelques dates. Retour sur les grandes étapes du projet.

    Une protection sociale en devenir. Le gouvernement burkinabè envisage de s’appuyer sur les initiatives de création de mutuelles pour bâtir une assurance maladie universelle et permettre ainsi un large accès des populations aux soins de santé.

    « La maladie n’a pas de date ». Interview de Karim Traore, président de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina Faso (UNPCB).

    Point de vue de Dominique Marmier. Producteur de lait en Franche-Comté, il est administrateur de la caisse centrale de la MSA et a suivi, depuis 2010, ce projet de coopération au Burkina Faso. Regard sur cinq ans de travail commun.

    Gildas Bellet

    Comments are closed.