Imprimer cet article Envoyer cet article

Pour qui l’addition ?

Grand Ouest

journée rencontre de l'Union des MSA de l'ouest 2017 à Angers

© MSA Maine-et-Loire

« Dépenses de santé : qui doit payer ? » C’est le thème qu’ont choisi les six caisses de Mutualité sociale agricole du grand Ouest, pour plancher ensemble cette année. Pour cela, 70 administrateurs et agents de direction ont participé aux 51e journées de l’Union des MSA de l’Ouest (UMSAO).


Réunie en assemblée générale le 3 octobre à Angers, l’UMSAO avait invité plusieurs intervenants la veille lundi 2 octobre pour débattre des prestations d’assurance maladie, obligatoires et complémentaires, et de leur financement.

Dépenses de santé : 12% de notre PIB

Au programme, l’intervention du directeur des politiques sociales à la caisse centrale de la MSA, Franck Duclos, complétée par l’expertise de Philippe Laffon, directeur de la protection sociale à l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) et par le témoignage de présidents ou médecins d’organismes, sur les pistes de solutions possibles.

Quel coût sommes-nous prêts individuellement et collectivement à consacrer à notre bien-être ? Quelle répartition possible de la charge entre la sécurité sociale, les mutuelles et le reste pour les assurés ? Enfin, quelles responsabilités des différents acteurs : État, professionnels de santé, établissements, patients… Autant de questions qui ont été discutées au cours de trois tables rondes.

Philippe Laffon a rappelé que « les dépenses de santé représentent 12% de notre produit intérieur brut. Le niveau de nos dépenses de santé n’est pas atypique par rapport aux autres pays d’Europe. Plus une nation dégage de la richesse, plus la part consacrée à la santé est élevée.»

Renforcer la place de la prévention

Franck Duclos a démontré que, contrairement aux idées reçues, « la sécurité sociale ne se désengage pas depuis 15 ans ». Il a également souligné que nous focalisons « les efforts d’économies sur le poste des médicaments, alors qu’ils représentent moins de 10% des 180 milliards d’euros des dépenses de santé. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2018 prévoit d’autres mesures d’économies portant sur les établissements notamment et sur des parcours de soins plus efficients ».

« Un nouveau PLFSS dont la CCMSA vient de prendre connaissance et sur lequel le conseil central rend un avis circonstancié » a expliqué le président national, Pascal Cormery, présent lui aussi lors des échanges de l’UMSAO à Angers.

En conclusion, Georgette Rousselet, présidente de l’UMSAO, a souligné que « La place de la prévention, déjà développée par la MSA tant pour les jeunes et les personnes âgées que pour les professionnels agricoles, doit être encore renforcée si l’on veut améliorer l’état de santé de la population et contenir les dépenses de santé ».

--

Comments are closed.