Imprimer cet article Envoyer cet article

Prochain arrêt, le numérique Le numérique en campagne (2/7)

busnum

La fracture numérique est un défi que toutes les caisses de retraite entendent relever. En Gironde, la Carsat, le RSI et la MSA ont trouvé une solution motrice, le bus numérique. Dès le mois de décembre, il sillonne les routes girondines pour apprendre aux seniors à cliquer sans se déplacer. En route !

Thierry, chauffeur, regarde « son » véhicule avec impatience : « On part demain, direction Rions ! » Le bus numérique lance son tour de la Gironde avec un premier atelier collectif pour les seniors sur l’utilisation d’Internet et des outils informatiques. Et comme toutes les initiatives qui mobilisent de nombreuses personnes, l’attente est grande. Malgré tout, les acteurs du projet n’évoquent aucune inquiétude à l’approche du jour J. Non seulement sa mise en place n’a subi que peu d’accrocs, mais surtout, toutes les parties prenantes de l’action ont répondu présent dès le début. Mais pour s’en rendre compte, il faut revenir quelques mois en amont. Début 2016, la structure « Solutions vie pratique » (SVP) (1) propose aux Carsat le projet de bus numérique. « Nous n’avons rien inventé, confie, lucide, Gérald Vacher, président de la société. Il existe depuis longtemps le bibliobus, une bibliothèque qui roule d’école en école. Nous l’avons adapté pour une autre utilisation et un autre public. »

À l’intérieur du véhicule, c’est le vert pomme qui domine. Des chaises ergonomiques, une vue sur l’extérieur inédite à chaque étape et un environnement cosy : toute l’installation donne presque envie de travailler. Niveau matériel, douze ordinateurs sont à disposition et deux tablettes, pour varier les plaisirs. Le formateur se trouve au fond du bus, non pas pour jouer au mauvais élève, mais pour être proche de l’écran géant fixé au pare-brise arrière et relié à son poste de travail. Un arsenal complet pour dompter le numérique sans difficulté.

L’interrégime, ça roule

Il n’en fallait pas plus à la Carsat d’Aquitaine pour dire « banco » et pour, timing heureux, présenter le bus dans le cadre d’un appel à projets national  « Innovations techniques à destination des retraités autonomes ». Vrai accélérateur, cet appel à projets permet de débloquer les financements, dont ceux du département de la Gironde, dans le cadre de la conférence des financeurs.

dsc_0009

Mieux encore, c’est toute une coopération interrégime qui s’engage, avec des dotations des caisses de retraite, dont la MSA. Pour Dominique Beutis, responsable de l’action sociale de la MSA Gironde, l’initiative s’accorde pleinement avec la volonté de la MSA de réduire la fracture numérique : « Nous proposons déjà des ateliers informatiques, mais il est parfois difficile d’atteindre tout le monde. Nous avons fait remonter les besoins de nos affiliés et demandé à nos élus de relayer l’information, pour que les personnes en demande d’aide et de conseils soient averties par la venue du bus près de chez elles. Cette action est un véritable challenge avec tout le travail en interrégime, mais elle prouve surtout que la MSA sait capter les projets innovants et y prendre part. »

Sur la route de l’Internet

Six formateurs de SVP animent les ateliers du bus numérique. Ils sont tous spécialistes du domaine informatique, bien sûr, mais disposent également d’outils pédagogiques adaptés aux seniors. « C’est un public vraiment particulier. Il faut leur expliquer avec des comparaisons simples comment fonctionnent les outils informatiques, analyse Audrey Rodriguez, formatrice pour le bus. Par exemple, durant l’atelier, nous les aidons à créer une adresse mail. Mais avant de le faire, nous leur expliquons le but : c’est comme une boîte aux lettres. Si vous n’avez pas d’adresse, vous ne recevez pas de courrier. »

 

Les ateliers permettent aux personnes isolées de ne pas rompre le lien avec la société

 

Pourtant, c’est souvent la première étape à l’utilisation pleine d’Internet. « Ils en ont besoin pour pouvoir se créer un espace privé sur le site de leur caisse de retraite », ajoute Audrey. Si trois heures d’ateliers peuvent paraître courtes pour faire le tour des usages, les seniors ont tout de même le temps d’aborder les bases du langage informatique (qu’est-ce qu’un navigateur, une barre de recherche, etc.), comment communiquer via Internet ou encore comment transférer des photos d’un appareil photo numérique vers l’ordinateur : « Car c’est l’une de leur demande principale », conclut la formatrice. L’atelier permet surtout aux personnes vivant dans des zones rurales de ne pas rompre le lien avec leur famille et, plus globalement, avec la société.

Accès demandé

Pour le moment, plusieurs dates sont déjà prévues et le calendrier devrait encore s’étoffer. SVP attend qu’une commune, une maison de retraite ou encore une association lui fasse parvenir une demande pour que le bus se déplace. L’endroit doit pouvoir accueillir le véhicule sur un parking, disposer de prises de courant ou encore permettre l’accessibilité à des toilettes publiques. Le bus s’occupe du reste.

Le cahier des charges est précis, avec l’accent mis sur l’accessibilité à ces ateliers des personnes éloignées du numérique. Un plateau élévateur permet aux personnes à mobilité réduite de monter à bord. L’antenne satellite donne la possibilité de capter Internet dans les zones les plus reculées. La participation financière des organismes de retraite et du département de la Gironde permet de proposer ces demi-journées de formation gratuitement pour chaque senior. Bref, aucune raison de ne pas prendre la route du numérique. Aux vues des  demandes enregistrées par SVP, le succès devrait être au rendez-vous.

De quoi donner des idées aux autres régions : il paraîtrait que la flotte de bus de ce type pourrait s’étoffer dans les prochains mois. Nul doute que la MSA continuera à être partie prenante de ce genre d’initiative qui fait entrer la ruralité dans le fabuleux monde du numérique.

(1) Organisme de formation à des prestations informatiques, Internet et réseaux sociaux.
Plus d’infos sur le site : solutionsviepratique.fr.

 

Lire aussi

Le numérique en campagne. Sommaire de notre dossier.

Internet : attention, souris dangereuse. La MSA d’Alsace vient de réaliser une exposition sur le bon usage d’Internet et des réseaux sociaux. Elle est appelée à tourner dans toute la région pendant l’année 2017 avec une première étape au CFA d’Obernai, également partenaire de l’opération, en partenariat avec la fédération des MJC d’Alsace. Au programme : Internet, ses risques mais également ses extraordinaires potentialités, presque infinies… À condition de comprendre les dangers de ce fantastique outil.

Tiré d’une histoire vraie. « Tu as l’habitude de surfer sur Skype pour discuter avec tes potes. Un jour, tu reçois la demande d’une personne qui te propose de chatter. Cette personne se présente sous l’avatar Rob25, c’est un garçon, il a 13 ans. Acceptes-tu de chatter avec lui ?

Pas de numérique sans équipe. Ce n’est pas parce qu’elle a décidé de prendre en marche le train du numérique que la MSA néglige pour autant de préserver sa présence sur les territoires. Forte du maillage de son réseau d’agences, elle peut se permettre de garantir un service complémentaire, à visage humain, pour accompagner au mieux ses adhérents dans cette évolution technique.

On s’fait une Toile ? Pour aider les particuliers et les entreprises dans le passage et l’accès au numérique, la MSA développe sa présence sur le terrain et multiplie les actions d’accompagnement.

Une solidarité haut débit. Depuis un an, la MSA Nord-Pas de Calais s’est engagée dans une volonté d’inclusion numérique de ses adhérents, moins équipés que la moyenne des Français. Grâce à un partenariat avec Emmaüs connect et une action ciblée sur le terrain, cette opération collective tisse sa toile.

Jérémy Lemière

Comments are closed.