Imprimer cet article Envoyer cet article

Promenons-nous dans le web

PrPromenons-nous dans le web

Pierre Scheidecker, responsable animation à la fédération des maisons des jeunes et de la culture d’Alsace, avec un groupe de jeunes. © Anne Pichot de la Marandais.

Sensibiliser les jeunes aux risques, les responsabiliser sur les pratiques et les inciter à une bonne utilisation d’Internet et des réseaux sociaux : tel est le but d’une exposition itinérante, « Promenons-nous dans le web », créée par la MSA d’Alsace. Présentation au Salon international de l’agriculture 2017.


Ce mercredi 1er mars 2017, c’est la MSA d’Alsace (lire ci-contre) qui est sur le pont pour assurer l’animation sur le stand de la MSA. Elle invite les visiteurs à se promener, non pas dans les bois, mais dans le web. Avec un point commun cependant avec la comptine enfantine : ne pas rencontrer le loup. Alors, « Promenons-nous dans le web ».

Le bon usage d’Internet et des réseaux sociaux

Il s’agit d’une exposition itinérante dédiée au bon usage d’Internet et des réseaux sociaux. Les jeunes âgés de 13 à 19 ans passent en moyenne 13 heures et demie par semaine sur Internet. Face aux risques liés aux usages du numérique, elle est destinée à sensibiliser les jeunes aux bonnes pratiques à adopter sur le Net. Mais le web n’est pas qu’une toile sournoise et dangereuse : c’est aussi un levier phénoménal de communication, de solidarité, de découverte et de développement : réseaux de solidarité, encyclopédie en ligne, accès à des produits culturels, financement participatif… C’est pourquoi cette exposition se fixe trois objectifs vis-à-vis des jeunes : les sensibiliser aux risques, en leur indiquant les pièges ; les responsabiliser sur leurs pratiques, en leur rappelant quelques règles législatives et les peines encourues ; les inciter à utiliser le Web de façon constructive et bienveillante.

Trois ateliers pour s’informer

« Promenons-nous dans le web » est une exposition pédagogique, ludique et interactive, composée de trois ateliers. Elle a pour vocation de faire prendre conscience aux jeunes des conséquences morales, psychologiques, voire juridiques, de leurs actes sur le Net, et d’informer également les parents. Elle est accompagnée par un professionnel de l’animation, Pierre Scheidecker, responsable animation à la fédération des maisons des jeunes et de la culture (MJC) d’Alsace. Il a passé la journée à rencontrer des jeunes, qui se livrent facilement, pour connaître leur usage d’Internet, des réseaux sociaux et des applications, et les mettre en garde si nécessaire.

Usurpation d’identité, cyberprédation, harcèlement, embrigadement

Promenons-nous dans le web

Trois tablettes numériques pour tester ses réactions face aux risques. © Anne Pichot de la Marandais.

Promène-toi dans l’histoire. Le premier atelier permet aux jeunes, via trois tablettes numériques, de tester leurs réactions dans des situations de cyberprédation, d’usurpation d’identité, de harcèlement ou encore d’embrigadement. « Ces quatre situations, qui ont été tirées de faits réels, ont pour but de faire réfléchir à ses propres pratiques », présente Julie Jochum, responsable de la Communication à la MSA d’Alsace. Ces dérives se multipliant, les jeunes y sont particulièrement exposés et les parents souvent démunis face à des situations qu’ils ne peuvent que partiellement contrôler. « Le principe de cet atelier est de les amener, tout au long de ces saynètes, à se positionner : acceptent-ils de communiquer avec un inconnu, de publier des informations personnelles, de diffuser la photo d’un camarade sans son accord ? » À la fin de chaque scénario, l’animateur est là pour leur apporter des conseils et des informations complémentaires.

L’histoire du Net

Promenons-nous dans le web

Pour en savoir plus sur le Net : son histoire, son vocabulaire spécifique, les aspects positifs, les dérives pour la santé. © Anne Pichot de la Marandais.

Qu’est-ce que t’en sais ? Le deuxième atelier est un module d’information qui fonctionne autour de quatre thématiques : la grande histoire du Net, qui apporte quelques repères historiques ; les petites histoires du Net, qui donnent des exemples positifs de ce que l’on peut faire grâce au web ; les mots du Net, pour découvrir le vocabulaire spécifique ; les maux du Net et la santé, pour aborder les conséquences des dérives numériques sur la santé des jeunes utilisateurs. Au recto de panneaux de tailles différentes apparaît un chiffre, un mot, un nom propre ou une date. Au public de découvrir à quoi il correspond. La réponse est au verso. Le simple fait d’être impliqué de manière ludique permet de mieux se souvenir de l’information.

Argumenter, réfléchir, exprimer son avis

Promenons-nous dans le web

Ce support sert à lancer le débat sur une problématique liée à Internet, pour inciter les jeunes à réfléchir à leurs pratiques. © Anne Pichot de la Marandais.

Et toi, t’en penses quoi ? Le troisième atelier est la table de débats. Le principe est le suivant : l’animateur invite les jeunes à échanger sur une problématique liée à Internet. Par exemple : Peut-on souffrir de cyberaddiction ? Peut-on se fier aux informations qui circulent sur Internet ? Imagine ta vie sans Internet, sans les réseaux sociaux et sans ordinateur : penses-tu que ce serait possible… ? Le débat est lancé. Au total, huit questions de niveau de difficultés variables selon les groupes peuvent être posées. Pour relancer le débat, les participants sont invités à piocher une carte parmi les neuf placées au centre de la table : apporte un témoignage en lien avec le sujet ; imagine un scénario « heureux » ou « catastrophique » en lien avec la question ; donne un conseil sur le sujet ; trouve des arguments pour répondre « oui » ou « non » à la question… « L’idée est qu’ils réfléchissent, qu’ils se positionnent (pour ou contre), qu’ils argumentent en donnant des exemples ou des contre-exemples, qu’ils expriment leur avis. Le but est de libérer la parole, explique Julie Jochum. Ce n’est pas parce qu’il y a des accidents de la circulation routière que les jeunes ne doivent pas passer le permis de conduire. De même, il faut leur apprendre à se servir de l’outil numérique de la bonne façon. »

Promenons-nous dans le web.

Julie Jochum, responsable de la communication à la MSA d’Alsace : « Il faut apprendre aux jeunes à se servir de l’outil numérique de la bonne façon. » © Anne Pichot de la Marandais.

À la CCMSA le 1er juin 2017

Cette exposition itinérante va circuler en Alsace, dans les établissements scolaires, les maisons des jeunes et de la culture, et les municipalités. Elle sera présentée le 1er juin 2017 à la CCMSA, à Bagnolet, lors de la journée de l’action sanitaire et sociale.

lire aussi :

Internet : attention, souris dangereuse

Tiré d’une histoire vraie

Anne Pichot de la Marandais

Comments are closed.