• A A A
  • Imprimer cet article Envoyer cet article

    Recourir à la médiation familiale

     

    La médiation familiale aide à surmonter les conflits, à rétablir la communication et à trouver un accord. À Rémilly, en Moselle, démonstration avec du théâtre.

    Couple en cours de séparation ou de divorce, jeune ou adulte en rupture de lien avec leur famille, frères et sœurs confrontés à la dépendance d’un parent âgé, grands-parents qui ne voient plus leurs petits-enfants, succession conflictuelle… Un jour ou l’autre, chacun peut être confronté à l’une de ces situations et être amené à prendre la décision de consulter un médiateur familial. Mais où s’adresser ? Peut-on lui faire confiance ? Ne va-t-il pas prendre partie pour mon compagnon ? Va-t-il nous juger ? Est-ce vraiment utile et efficace ? Combien d’entretiens seront nécessaires ? Comment se déroulent-ils ?…

    La médiation familiale en représentation théâtrale.

    Couple au bord de la crise de nerfs. © Anne Pichot de la Marandais.

    C’est pour répondre à ces multiples interrogations et faire découvrir l’intérêt de cet accompagnement, qu’une soirée de réflexion sur la médiation familiale, ouverte à tous, a été proposée en Lorraine. Le 31 mars 2011, l’échelon local MSA de Pange-Verny et l’Association gérontologique de Rémilly et environs (Agrea 2000) ont convié les habitants des cantons de Pange et de Verny, en Moselle, à une conférence d’un genre nouveau. Pour faire connaître largement et de manière attractive et vivante la médiation familiale, les organisateurs ont innové en présentant le dispositif sous forme théâtrale. Le scénario, élaboré conjointement par les deux médiatrices professionnelles de l’École des parents et des éducateurs de Moselle (EPE), Monique Ferry et Laurence Najid, et Françoise Tournaire, travailleur social spécialisé et animatrice de l’échelon local à la MSA Lorraine, a été mis en scène par la troupe de théâtre amateur « Y Voir ». Quatre acteurs ont improvisé différentes scènes de vie familiale conflictuelles, ainsi que des entretiens de médiation familiale joués avec l’une des médiatrices.

     Surmonter les situations de crise

    Le but de ce théâtre expérimental ? D’une part, démontrer comment la médiation familiale fonctionne et comment elle peut aider à surmonter des situations de crise, et ainsi parvenir à préserver les liens familiaux et, d’autre part, « en parler et dédramatiser le recours à ce service, explique Hervé Marcillat, responsable de l’ASS. La médiation familiale dans le milieu agricole et rural, ce n’est pas simple. Il n’est pas habituel d’y recourir. Les agriculteurs n’ont pas l’habitude de s’exprimer, de parler de leurs soucis. C’est une démarche qui ne va pas de soi ». C’est pourquoi la MSA cherche à la faire connaître auprès des agriculteurs, pour qu’ils s’en servent davantage. « La MSA contribue au financement de postes de médiateurs familiaux dans le cadre du partenariat national Caf, MSA, ministères de la Justice et de la Cohésion sociale, associations, décliné au plan local. Ce partenariat est actif sur les trois départements ». D’où l’implication de la MSA sur le terrain : ce soir-là, pour montrer tout l’intérêt qu’ils portent à cette action, Élisabeth Chudarski, la présidente de l’échelon local, et deux administrateurs de la MSA Lorraine, Jean-Paul Barbier et Monique Hénot, assistent à la représentation.

     Rétablir le dialogue

    Sur scène, deux couples, deux situations différentes. Le premier couple, Philippe et Corinne, tous deux salariés, va se séparer. Se posent le problème de la garde des enfants et celui de la séparation des biens (maison, voiture, argent). Le second couple, Robert et Claudine, lui exploitant agricole en Gaec avec son frère et elle salariée à mi-temps dans une banque. Le mari ne reconnaît pas le travail de sa femme à l’extérieur, qui en plus s’occupe de son beau-père dépendant et ne supporte pas son beau-frère envahissant. Deux couples au bord de la crise de nerfs, qui décident de demander l’aide d’une médiatrice familiale. Au total, dix saynètes se succèdent, passant d’un couple à l’autre. Laurence Najid joue son propre rôle : elle conduit les entretiens de médiation familiale, au cours desquels elle cherche à rétablir le dialogue entre les protagonistes pour qu’ils parviennent à trouver un accord qui leur convienne. L’autre médiatrice, Monique Ferry, intervient en voix off après chaque saynète, pour commenter ce qui s’est passé, apporter des précisions, analyser et décrypter la situation.

     Élaborer des solutions acceptables

    La soirée se termine par un débat avec le public, mené par les deux médiatrices. Elles indiquent que le médiateur est un professionnel impartial, qualifié et tenu à la confidentialité. Il est indépendant du système judiciaire, médical et social. Il ne prend parti pour personne. Chacun peut avoir recours à la médiation familiale à tout moment. Elle permet aux personnes d’élaborer elles-mêmes des solutions acceptables pour chaque membre de la famille. « La médiation favorise le dialogue entre les personnes : au début, elles ne se regardent pas. À la fin des entretiens, elles se parlent : la communication est rétablie. » Concernant le monde agricole, elles précisent que « tout est imbriqué en agriculture : le patrimoine, la profession, la vie familiale, l’affectif, la succession… Quand il y a une crise, sans médiation familiale, il est difficile de renouer le dialogue. Avec la médiation, la relation peut se reconstruire », ce qui permet d’aboutir à un accord, écrit ou non.

     Une expérimentation réussie

    Au final, un spectacle vivant, joué par de bons comédiens amateurs, ainsi que des informations et des conseils qui ont satisfait le public venu nombreux. Une expérimentation réussie, à renouveler dans d’autres lieux ou sur un autre thème. Comme celui de l’aide aux aidants familiaux ?

    Anne Pichot de la Marandais

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *