Imprimer cet article Envoyer cet article

Répondre aux attentes des aidants

Armorique

Les aidants familiaux accompagnent dans la vie quotidienne, à titre non professionnel, un proche en perte d’autonomie. Ils pensent souvent que leurs problèmes ennuient leur entourage, qu’on ne peut pas comprendre la situation qu’ils vivent et ont tendance à s’isoler, à ne pas exprimer leur souffrance. Ils manquent parfois d’informations sur la connaissance du mode de prévention et de l’évolution de la pathologie invalidante dont est atteint leur parent. Certains s’épuisent, doivent faire face à des situations d’urgence. Tout un ensemble de situations auxquelles la MSA d’Armorique et le Clic (centre local d’information et de coordination) Sud-Ouest 22 veulent répondre.

Conférence de présentation des actions pour les aidants à Rostrenen

Conférence de présentation des actions qui seront mises en œuvre pour les aidants. De gauche à droite : Anne Le Buhan, chargée de coordination gérontologique au Clic Sud-Ouest 22 ; Martine Chapelard, assistante sociale à l’agence MSA de Rostrenen ; Yann Allanic, élu MSA du canton de Saint-Nicolas-du-Pélem et membre du comité départemental des Côtes-d’Armor ; Jean Le Quéméner, directeur adjoint, chargé de l’action sanitaire et sociale à la MSA d’Armorique ; Michelle Le Garec, présidente du conseil d’administration du Clic Sud-Ouest 22. © MSA d'Armorique

Ils lancent donc un ensemble d’actions au cœur du Pays centre ouest Bretagne (COB) principalement sur les cantons de Rostrenen, Corlay, Gouarec, Maël-Carhaix, Saint-Nicolas-du-Pélem.

Celles-ci débutent au second trimestre 2012 avec notamment la mise en place d’un groupe d’échanges entre les aidants familiaux, de conférences publiques et d’entretiens individuels avec une psychologue.

Soutenir les aidants dans leur réalité quotidienne

Lors du recueil des besoins effectué sur le secteur l’an dernier, les aidants familiaux avaient exprimé leur intérêt pour se retrouver et échanger sur leurs préoccupations communes, en présence de professionnels. Un espace de partage autour de leurs savoir-faire, de leurs expériences et de leur vécu va donc leur être proposé grâce à la mise en place du groupe d’échanges. Pour la MSA et le Clic, il s’agit de prévenir ou rompre leur isolement social, mais aussi de valoriser leur rôle et de les soutenir dans leur réalité quotidienne. En fonction des attentes, des experts pourront intervenir : psychologue, ergothérapeute, responsables de services de maintien à domicile, d’établissements
d’hébergement…

Autre intervention :les conférences sur les maladies invalidantes et le « bien vieillir ». Les aidants sont parfois surpris par le comportement de leur parent en perte d’autonomie et leur réaction n’est pas toujours adaptée à la pathologie en cause. Ils sont également inquiets pour l’avenir qu’ils ont du mal à appréhender. Tout cela influe sur leurs relations à leurs proches.

Préserver l’équilibre et la qualité de vie

En les informant, notamment les pathologies invalidantes les plus répandues, la connaissance du mode de prévention et de l’évolution, ainsi que l’accompagnement qui peut être mis en place pour aider le malade et sa famille, les aidants pourront mieux comprendre et se rassurer.

De plus, comme toute leur énergie est tournée vers le proche dont ils s’occupent parfois jour et nuit, il est important de les aider à préserver leur équilibre et leur qualité de vie. C’est dans ce sens qu’il est prévu en octobre 2012 une rencontre autour du « bien vieillir », de l’importance de rester acteur de sa santé.

Des entretiens individuels avec une psychologue, gratuits et ouverts à tous, sont également proposés. Car vivre au quotidien avec un proche dépendant peut se révéler émotionnellement très éprouvant ; l’aidant familial peut avoir besoin d’une écoute individuelle pour exprimer sa souffrance et envisager un changement de perspective dans sa façon de considérer sa situation.

Affiner les réponses apportées dans l’urgence

Des temps de rencontre entre responsables d’établissements et de services d’aide à domicile du secteur de Rostrenen seront en outre organisés pour mener une réflexion sur les demandes en urgence, l’accompagnement des aidants lorsque les limites du maintien à domicile sont atteintes mais aussi sur l’organisation d’une aide au repos des aidants la nuit. Les professionnels ont observé que, de plus en plus souvent, les demandes des aidants aux services d’aide à domicile ou aux établissements d’hébergement, sont faites en situation de crise. Les réponses apportées dans l’urgence ne sont pas toujours celles qui étaient attendues, ce qui engendre de l’insatisfaction chez les aidants mais également chez les professionnels concernés.

--

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *