Imprimer cet article Envoyer cet article

Réussir son projet d’investissement Santé et sécurité en agriculture (2/7)

L’équipe des médecins et conseillers en prévention, lors d’un retour d’expérience d’une coopérative laitière. © MSA Ain-Rhône

Pour sensibiliser la population agricole de son territoire et promouvoir son accompagnement, la MSA Ain-Rhône a élaboré de A à Z une offre claire et structurée, qui a mobilisé toute une équipe motivée.

Les MSA s’emparent du sujet de l’amélioration des conditions de travail dans tous les territoires. Mais tous les exploitants n’ont pas encore le réflexe de solliciter la MSA avant d’engager un projet d’investissement. Et il est difficile de tout anticiper. Après les travaux, des surprises peuvent survenir, comme l’accès d’une cuve mal placée qui entraîne un risque de chute…, une perte de temps et d’argent non négligeable.

Entre 2013 et 2014, Matthieu Danguin, responsable de la prévention des risques professionnels à la MSA Ain-Rhône, intègre avec trois autres collègues conseillers en prévention la nouvelle formation, aménagement/conception des chais de vinification, et se rend compte qu’il y a quelque chose à faire. « Les entreprises agricoles sont accompagnées dans leur projet sur des questions techniques, par des architectes, des maîtres d’oeuvre, des artisans… mais la question du travail n’est pas souvent prise en compte. Le sens de notre mission est là : les aider à se projeter dans leurs installations futures et donc y associer les utilisateurs au quotidien, au cas par cas. »

Médecin du travail, conseillère en prévention et chef d’entreprise autour d’un projet lors d’une formation-action retour d’expériences. © MSA Ain-Rhône

Mais comment faire pour pouvoir introduire le plus en amont possible ces questions, avant même de réaliser les plans ? Pour renforcer les compétences de son équipe, et le faire savoir, Matthieu Danguin lance en 2015 un projet de formation action, en trois fois deux jours, pour un secteur prioritaire sur le territoire : jardins et espaces verts. Depuis, les sept conseillers en prévention et deux médecins du travail se rencontrent tous les six mois pour échanger sur les situations que chacun accompagne.

« C’est intéressant car nous avons des métiers complémentaires au sein de la santé-sécurité au travail, explique Matthieu Danguin. Dans nos quotidiens de médecins du travail et de conseillers en prévention, dans toute la diversité de nos interventions en entreprise (visites médicales, conseils, formations collectives, etc.), nous avons des opportunités pour parler et mettre en oeuvre cet accompagnement. C’est important pour nous d’être présents sur le territoire, dans les entreprises. Les détections peuvent aussi se faire via nos partenaires et bien sûr via les demandes de financement. »

Une démarche collaborative

Ce retour d’expérience permet de comprendre ce qui marche, ce qui ne marche pas, et de faire évoluer l’offre d’accompagnement, appelée Réussir son projet d’investissement, en incluant également la méthodologie des ergonomes. L’appui se fait à chaque étape et de manière collaborative, souvent avec un ergonome, de l’évaluation des besoins à la prise en main des installations, en passant par le diagnostic et la simulation de l’activité quotidienne. Tout un travail sur les outils de communication a également été fait, pour le grand public comme pour les élus MSA. Ces derniers sont notamment invités à visiter des exploitations pour constater les résultats concrets, écouter le témoignage des adhérents.

Le conseil d’administration de la MSA Ain-Rhône en visite dans le nouveau chai d’un viticulteur du Beaujolais, accompagné par Jacques Vermorel, conseiller en prévention. © MSA Ain-Rhône

« Ce projet nous a fédérés, s’enthousiasme le responsable. C’est quelque chose de nouveau, pour lequel on s’est formés tous ensemble, avec les mêmes besoins. Se retrouver régulièrement pour partager nos difficultés, se donner des conseils a entraîné une forte émulation. C’est complémentaire avec nos autres actions et ça diversifie notre activité. On apprend énormément, on intervient d’une autre manière, ça donne un nouveau sens à notre métier. On y croit et on voit le bénéfice chez nos adhérents. On commence même à avoir des sollicitations de chefs d’entreprise qui ont entendu parler de nous et de notre accompagnement. »

Conception et aménagement d’un atelier de maintenance mécanique dans une Cuma, entre 2015 et 2018, construction d’un bâtiment pour le lavage des légumes et la chambre froide d’une ferme maraîchère en 2016 ou encore conception d’un nouveau chai de vinification… Trente-cinq projets ont bénéficié ou bénéficient aujourd’hui de l’appui des préventeurs de l’équipe. Désormais, ils concernent toutes les filières, pour des entreprises de un à plusieurs centaines de salariés, et des investissements allant de 50 000 à plusieurs millions d’euros. Prochaine étape : établir une nouvelle démarche d’évaluation.

 

Lire aussi

Au sommaire de notre dossier

Santé et sécurité en agriculture. Sommaire de notre dossier.

Cognac a la niaque pour l’emploi. Quand la prévention en santé-sécurité au travail (SST) aide à améliorer le recrutement d’une filière… La MSA des Charentes a intégré ses actions dans un projet global de territoire pour promouvoir l’embauche en viticulture.

Tête, épaule et genoux, pieds. Confrontée à une recrudescence d’accidents, la direction d’un Esat du Loiret a mis en place des séances d’échauffement avant chaque séquence de travail. Les résultats sont spectaculaires et pas seulement sur l’accidentologie.

Proximité. Au plus près des besoins du monde agricole et des futurs professionnels, les équipes de la SST insufflent un esprit prévention dans les territoires ruraux.

Un combat continu. Pour faire face à la complexité croissante des situations, des modes de travail ou de gestion des risques, un réseau de santé-sécurité au travail pluridisciplinaire s’est progressivement construit en agriculture. Retour sur son histoire.

Ne pas ergoter sur l’ergonomie. Le service SST de la MSA Midi-Pyrénées Nord signe une cinquantaine de contrats d’accompagnement humain et financier par an avec les agriculteurs et les petites entreprises de son périmètre. Le diagnostic ergonomique est l’un des outils du dispositif.

Marie Molinario

Comments are closed.