Imprimer cet article Envoyer cet article

Roulez jeunesse

Photos ©Marie Molinario/Le Bimsa

Le 4 octobre à Bélâbre, dans l’Indre, la MSA Berry-Touraine a organisé une journée de prévention routière à destination des jeunes de plus de 55 ans. Sessions de conduite, simulateur, test de vue, code de la route géant… 92 seniors sont repartis avec de nombreux conseils et des bonnes résolutions.

C’est dans cette paisible commune d’à peine un millier d’habitants que les délégués MSA de l’échelon local de Bélâbre – Saint-Benoît-du-Sault ont invité la Prévention routière, l’auto-école La CistudeGroupama et Familles rurales.Les équipes de l’action sociale de la MSA, Présence Verte 36 et la Marpa de Roussines, ont également répondu présentes pour favoriser l’autonomie et le bien vieillir des seniors dans leur cadre de vie.

Désiré, 83 ans, a eu son permis il y a soixante ans. Un bail. Le code dit qu’on n’est pas obligé de mettre son clignotant pour se rabattre – C’est quand même mieux de se signaler aux autres conducteurs, répond le moniteur. Moi je ne le mets jamais ! »

Comme lui, 18 anciens jeunes conducteurs ont pu faire un bilan de leur conduite avec Julien Gillet, de l’auto-école La Cistude, de Blanc. « On est déjà à -23 points depuis ce matin !, plaisante-t-il. Les fautes qui ressortent le plus sont les oublis de clignotant, le manque de contrôles des rétroviseurs ou encore l’arrêt incomplet au stop. Les carrefours giratoires, qui se sont multiplié dans les quarante dernières années, et le tournant à gauche suscitent aussi des complications. Il y a des difficultés liées à leur âge mais aussi à un manque d’actualisation de leurs connaissances du code de la route. »

Baisse de la vision ou de l’audition et, en conséquence, des réflexes, sans oublier les éventuels effets secondaires des médicaments… Des contrôles réguliers sont recommandés, voire des stages de remise à niveau proposés par les auto-écoles.

Les professionnels ont proposé aux volontaires des tests de vue, un simulateur de conduite et même un paddock pour contrôler les éclairages du véhicule. Les plus curieux ont également pu éprouver les effets de l’alcool, de la fatigue ou du cannabis sur leurs réflexes grâce à des lunettes spéciales.

 

Jean-Pierre, 69 ans, ancien agriculteur, a passé le test de vue et participé à toutes les animations proposées. 

 

« Je fais plus de 30 000 km par an, mais on prend vite de mauvaises habitudes. Il y’a toujours besoin d’une remise à niveau. J’ai découvert aujourd’hui un panneau de limitation que je ne connaissais pas, avec deux flèches qui indiquent la distance. Mais je suis venu surtout car, depuis peu, il m’arrive de somnoler au volant et c’est inquiétant. Je suis obligé de m’arrêter. »

La moitié des participants a avoué être sujette à une baisse de la vision ou de l’audition ; certains n’ont pas eu de rendez-vous médicaux depuis plusieurs années. Les personnes concernées sont souvent seules et éloignées des pôles de santé.

Malgré tout, les seniors revendiquent toujours une forte autonomie dans l’organisation de leur vie personnelle et leurs déplacements, d’où une volonté, constatée tout au long de la journée, de réapprendre les bons gestes.

Étienne Le Maur (au centre), directeur de la MSA Berry-Touraine, est venu spécialement pour l’occasion. À sa droite, l’animateur lui explique le principe du simulateur de conduite.

But du jeu : essayer d’éviter le sanglier qui traverse sans prévenir… Et prendre conscience des distances d’arrêt d’urgence.

« C’est une première dans notre territoire, et tout le monde a joué le jeu, s’enthousiasme Alain Bimbault, président de l’échelon local de la MSA (ici à gauche en compagnie d’Etienne Le Maur et Andrée Manes, sous-directrice).  L’objectif est de faire de la prévention routière, mais pas seulement. Nous voulions travailler plus largement sur la mobilité et l’autonomie des personnes vivant sur notre territoire, répondre à leurs interrogations. La mobilité est un enjeu important pour nos assurés, et le sera de plus en plus au fur et à mesure que nos territoires continueront de s’enclaver. Face aux changements, nous devons être force de propositions et attentifs à leur accompagnement. »

« Rassurez-vous, on ne retirera le permis à personne ! » À 17 h 30, Jean Tortosa, directeur du comité de l’Indre de la Prévention routière, lance un code de la route géant : 12 questions, 20 secondes pour répondre, pas une de plus.

Résultat : sur 86 copies, seules 20 ont eu la moyenne ou plus ! Pour renforcer la prévention, la MSA souhaite notamment lancer en 2019, avec l’Asept Berry-Touraine, des ateliers Santé vous bien au volant, déjà en place en Limousin et Poitou-Charentes. L’action sera également inscrite dans le programme des contrats locaux de santé du territoire et du plan d’actions sociales de la MSA Berry-Touraine 2020-2025.

Marie Molinario

Comments are closed.