Imprimer cet article Envoyer cet article

Souvenir souvenir !

Salon de l’agriculture

© Eve Dusaussoy / Le Bimsa

La semaine se termine au salon de l’agriculture 2018, porte de Versailles, à Paris. Ce vendredi, c’est la MSA Lorraine qui a investi le stand de la MSA avec un cocktail d’animations bien dosées pour rafraichir la mémoire des visiteurs !

Pour l’occasion, les services de communication et d’action sociale de la MSA Lorraine ont concocté une animation sur un sujet qui nous concerne tous : la mémoire.

« Qu’elle soit à court terme, à long terme ou prospective, la mémoire s’entretient », martèlent en cœur les animatrices du jour. Sur les tables, des jeux de logique et de reconnaissance attirent les visiteurs qui s’avancent, curieux. Laure Battiston Apostolo et ses collègues expliquent, diaporama à l’appui, les mécanismes de la mémoire, comment l’entretenir, la travailler… tout en rassurant leur auditoire : « Les trous de mémoire sont normaux, fréquents et ils arrivent à tout le monde : enfants comme adultes ». Un chiffre ressort cependant : 65 % des plus de 60 ans se plaignent de ces petites défaillances. « Cela s’explique par le fait que souvent, les séniors sont moins en activité qu’avant, ils ont moins de relations sociales aussi. La mémoire est donc moins stimulée. » Mais attention, ce n’est pas parce que notre mémoire nous joue des tours que nous sommes forcément malade : « Les perturbateurs de la mémoire sont le stress, la fatigue, le manque d’attention, d’intérêt, la consommation de médicaments, de drogues… »

© Eve Dusaussoy / Le Bimsa

Pour mettre au point son animation, l’équipe s’est inspirée des outils utilisés dans le Peps Eurêka, programme dont elle n’hésite pas à faire la promotion. « En dix séances, les participants comprennent que la pratique d’une activité physique régulière, une gymnastique intellectuelle et une bonne hygiène de vie contribuent à entretenir la mémoire ».

Et pendant que les grands travaillent leurs neurones, les petits stimulent leur créativité avec des travaux manuels imaginés par les travailleuses sociales. « On leur fait fabriquer des mini aquariums et, pour ceux qui préfèrent, il y a tout ce qu’il faut pour dessiner. »

© Eve Dusaussoy / Le Bimsa

Eve Dusaussoy

Comments are closed.