Imprimer cet article Envoyer cet article

Tête, épaule et genoux, pieds Santé et sécurité en agriculture (4/7)

Confrontée à une recrudescence d’accidents, la direction d’un Esat du Loiret a mis en place des séances d’échauffement avant chaque séquence de travail. Les résultats sont spectaculaires et pas seulement sur l’accidentologie.

« On lève les bras au ciel. On inspire à fond en gonflant la cage thoracique… » Le slogan « Et si le sport était à votre portée » du coach sportif, Wilfrid Myrtil, prend tout son sens dès qu’on passe le porche monumental de l’établissement et service d’aide par le travail (Esat) du château d’Auvilliers, à Artenay dans le Loiret. Implanté à l’intérieur d’un complexe médico-social où vivent et travaillent 150 personnes, membre du réseau Solidel (1), l’unique Esat géré par la fondation de l’Armée du salut accueille 87 personnes reconnues travailleurs handicapés.

À l’intérieur, des femmes et des hommes au parcours de vie chaotique, parfois étrangers à leur propre corps et à des années-lumière d’envisager de faire du sport qui pourtant, ce jour-là, suivent les instructions de leur coach. « Le CHSCT nous a alertés d’une recrudescence d’accidents survenus juste après le début d’une séquence de travail — le matin et en début d’après-midi —, explique Dominique François, coordonnateur de projets à l’Esat. Les deux médecins du travail de la MSA ont préconisé des échauffements. » Un conseil simple mais complexe à mettre en oeuvre.

« Nous étions démunis face cette problématique à laquelle nous n’avions pas les compétences pour répondre. On s’est demandé ce qu’on pouvait faire car nous ne sommes pas des professeurs d’EPS [éducation physique et sportive]. C’est ainsi que l’idée de faire appel à un coach sportif s’est imposée. »

Homme fort dans Fort Boyard 

Ce ne sont pas ses apparitions dans Fort Boyard en tant qu’homme fort qui les a convaincus que Wilfrid Myrtil était le bon candidat mais son CV musclé et ses diplômes dans le domaine de la culture physique. Un parcours universitaire qui l’a notamment amené à étudier le sport adapté (master entraînement sport santé handicap). Depuis 2016, les matinées sont plus sportives et les corps plus toniques à Auvilliers et, si les gens soufflent, c’est pour oxygéner et chauffer des muscles endormis par la nuit ou la pause déjeuner. Dans tous les ateliers, trois à dix minutes sont consacrées à l’échauffement avant chaque séquence de travail.

L’établissement offre à des personnes en situation de handicap une insertion socio-professionnelle, un chemin vers l’épanouissement et l’autonomie, en fonction de leurs capacités au travers de différents ateliers comme les espaces verts, la floriculture, les travaux du bâtiment, l’entretien, le détachement en entreprise et les ateliers de maintenance. Autant de métiers qui sollicitent beaucoup les corps et impliquent parfois des postures à risques. Une diversité de tâches qui a conduit le coach, après une visite dans chaque atelier et un questionnaire pour comprendre leur réalité professionnelle, à adapter les échauffements.

Prévention des accidents et un rôle éducatif

Le personnel encadrant et les usagers ont été formés et un livret de formation (avec des images pour permettre à tous de l’utiliser) est à disposition dans chaque atelier. Après deux années, les résultats sont palpables. Dominique François met en avant deux effets principaux : la prévention des accidents et un rôle éducatif. « Leurs pathologies font que ces personnes n’ont pas accès facilement à leur schéma corporel. Ils souffrent plus ou moins tous de dyspraxie. » Un trouble spécifique du développement dont la caractéristique essentielle est une altération du développement de la coordination motrice.

« Les effets positifs ne sont pas forcément quantifiables mais les accidents du travail sont devenus exceptionnels chez nous, nous n’avons par exemple plus aucun claquage musculaire. D’autres effets sur le bien-être et la perte de poids ont également été constatés sur des personnes qui, pour beaucoup, suivent des traitements médicamenteux qui font prendre de l’embonpoint. » Une satisfaction pour Dominique François : « Contempler les progrès de gens qui n’osaient pas, et qui maintenant font parfaitement les exercices, ont gagné en bien-être et en estime de soi, est une vraie victoire permise par le sport. »

Désormais, plus question de commencer une journée sans s’échauffer : les travailleurs de l’Esat tiennent à leur stretching quotidien.

(1) Réseau pour les travailleurs handicapés du secteur agricole et des territoires ruraux. www.solidel.fr

 

Lire aussi

Au sommaire de notre dossier

Santé et sécurité en agriculture. Sommaire de notre dossier.

Réussir son projet d’investissement. Pour mieux sensibiliser la population agricole de son territoire et promouvoir son accompagnement, la MSA Ain-Rhône a élaboré de A à Z une offre claire et structurée, qui a mobilisé toute une équipe motivée.

Cognac a la niaque pour l’emploi. Quand la prévention en santé-sécurité au travail (SST) aide à améliorer le recrutement d’une filière… La MSA des Charentes a intégré ses actions dans un projet global de territoire pour promouvoir l’embauche en viticulture.

Proximité. Au plus près des besoins du monde agricole et des futurs professionnels, les équipes de la SST insufflent un esprit prévention dans les territoires ruraux.

Un combat continu. Pour faire face à la complexité croissante des situations, des modes de travail ou de gestion des risques, un réseau de santé-sécurité au travail pluridisciplinaire s’est progressivement construit en agriculture. Retour sur son histoire.

Ne pas ergoter sur l’ergonomie. Le service SST de la MSA Midi-Pyrénées Nord signe une cinquantaine de contrats d’accompagnement humain et financier par an avec les agriculteurs et les petites entreprises de son périmètre. Le diagnostic ergonomique est l’un des outils du dispositif.

Alexandre Roger

Comments are closed.