Imprimer cet article Envoyer cet article

TPJ Languedoc Roussillon : Paris n’a qu’a bien se tenir

 

Direction plein sud, pour la finale régionale des trophées prévention jeunes du Languedoc-Roussillon qui s’est déroulée le 4 avril à Aigues Mortes, dans le Gard. Descente dans l’arène avec les lauréats.

 

les lauréats dans l'arène

© Bernard Gazé

Pour une manifestation devant rester dans les mémoires, le cadre se devait d’être exceptionnel : mercredi 4 avril, pas moins de vingt équipes – un bon cru pour les organisateurs – composées d’élèves d’établissements agricoles publics et privés, ont investi le magnifique Mas de la Comtesse à Aigues-Mortes, au cœur de la Camargue et en bordure des canaux, jamais loin des vaches, des taureaux (interdit de caresser, même dans le sens du poil) et des chevaux.

Organisé ici par les MSA du Languedoc et Grand Sud, le concours récompense le travail en équipe des élèves de toute une année et illustre le partenariat entre les conseillers en prévention de la MSA, les responsables pédagogiques et les jeunes des établissements scolaires des cinq départements de la région.

© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Toutes les formes d’expression sont accessibles aux élèves. Dès lors, chaque équipe y est allée de sa saynète, de son diaporama, de son spot, film ou montage vidéo, de ses affiches, maquettes ou panneaux… certaines ne s’interdisant pas la participation de bêtes à poils (chiens ou lapins) plus ou moins longs ou frisés. Parmi les vingt projets en compétition, attestant les capacités d’engagement et de réflexion des jeunes sur leur santé et leur sécurité : la prévention des accidents chez les salariés des lycées agricoles, l’emploi de personnes à mobilité réduite dans le milieu du cheval, la sensibilisation au port du casque, les dangers encourus lors de la manipulation d’animaux, les risques liés aux gestes et postures, les RPS ou comment parler de sa détresse, les accidents sur un chantier d’élagage ou forestier… Comme on le voit, des thèmes très variés.

© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Pendant que certaines équipes présentaient leur projet de prévention devant un des quatre jurys, d’autres s’essayaient aux secousses du choc frontal, impressionnant même à quinze kilomètres heure, ou aux affres des tonneaux : quand la voiture tape dans tous les sens, qu’elle s’écrase et que les vitres explosent. Tout ce qui est alors posé dans le véhicule se met en mouvement. C’est ainsi qu’une banale bouteille pleine d’eau se transforme en un projectile de 33 kilos dès les 50 km à l’heure. Mieux vaut avoir un bon dentiste ou attacher son sac de sport avec une des ceintures de sécurité. A bon entendeur !

© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Un simulateur à la conduite des tracteurs, présenté par la Chambre d’agriculture, initiait les jeunes à la manoeuvre, avant de les asseoir, « pour de vrai », sur un engin trépidant. Idéal pour sensibiliser à la conduite sur voie publique des matériels agricoles tout en abordant les concepts de hauteur, de signalisation et de prévention au sens large : en conclusion, les garçons auraient tendance à aller trop vite, tandis que les filles, plus raisonnables et plus prudentes, auraient moins la notion des gabarits…

© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Ici, on pouvait prendre conscience de l’effet nocif du bruit (merci pour les bouchons d’oreille), être informé « des projets jeunes » initiés par le service social, et là, écouter les conseils avisés d’un sapeur pompier, exerçant « le service public par excellence, aidant les gens sans discrimination de race, de classe sociale, d’argent ; au quotidien, de jour comme de nuit ».

© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Pas de manifestation officielle sans photo… tout aussi officielle. Si beaucoup d’équipes se lâchent à l’instant du déclic, exprimant tout le coté ludique des journées, les trophées sont un moyen original et constructif d’impliquer les futurs professionnels agricoles dans des projets de santé sécurité au travail.

Sur les « quatre » marches du podium

1er prix

La prévention des zoonoses chiens/hommes via les parasites internes et externes

Lycée agricole de Meynes, dans le Gard

© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Les zoonoses, pour qui l’ignorerait encore, recouvrent les maladies animales transmissibles à l’homme. Or attention danger, car les plus aimables de nos toutous peuvent en être porteurs : il en va ainsi du ténia, ce ver solitaire plat qui peut mesurer jusqu’à quatre mètres de long, capable de s’installer dans nos intestins – via les crottes du quadrupède. Ou encore des redoutables ascaris, qui peuvent provoquer troubles digestifs et respiratoires, quand ils ne s’attaquent pas aux yeux… Sans parler des puces, capables de sauter cent fois leur taille et d’envahir nos espaces (tapis, couettes et canapés) à la vitesse de la lumière ; mais aussi des tiques, qui adorent plonger leur tête sous notre peau et s’abreuver de notre sang, à même d’inoculer la maladie de Lyme, responsable d’une immense fatigue, de fièvre et de douleurs musculaires.

C’est masqués ou grimés en vampire ou en ver blanc, que nos sept lycéens sont partis au combat, délivrant leur message à travers une saynète bruyante, vivante et haute en couleurs.

2e prix

Gilet de secours

MFR école forestière de Javols en Lozère

© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Sur bien des chantiers forestiers, la trousse de secours reste souvent (dans le meilleur des cas), posée dans le camion garé à 500 mètres de là. Alors en cas de fracture ou d’hémorragie, c’est gros bobos garantis. D’où l’idée d’inventer un « SGS », un super gilet de secours avec trousse intégrée, comprenant un pansement compressif, une couverture de survie, des lingettes de désinfection et une plaque signalétique avec, entre autres, son groupe sanguin gravé. Spécialement étudié pour ne pas gêner le maniement d’une tronçonneuse, le gilet, de couleur jaune fluo, est très visible en forêt.

Bien des raisons pour toujours l’enfiler au travail. Ce dont sont persuadés les huit élèves porteurs de ce projet bien troussé, pour un gilet.

3e prix

La prévention des risques pour les stagiaires lors de leur formation

CPFP la Rouatière dans l’Aude

© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
© Bernard Gazé
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Plus particulièrement ciblé sur les formations aux services à la personne, autour des travaux d’aménagement paysager ou des activités hippiques, la vidéo réalisée par les élèves rappelle, à partir de saynètes et de petits films, les principaux risques liés aux métiers et comment les éviter. En résumé : revêtez votre tenue professionnelle et protégez-vous : du bruit, des projections dans les yeux, des chutes et des chocs ; attention également aux postures pour anticiper les courbatures, les lombalgies et les tassements de vertèbres ; entretenez enfin votre matériel ; respectez les consignes de sécurité ou d’emploi des différents produits – toxiques, nocifs ou corrosifs – pour éviter brûlures, allergies, irritations, propagations et contaminations…

Pour davantage de précisions, se référer au cédérom mitonné par les élèves qui devrait être distribué dans les lycées agricoles.

4e prix

La prévention des accidents sur les foires

LEAP Terre nouvelle à Marvejols en Lozère

la prévention des accidents sur les foires

© Bernard Gazé

Les foires et marchés aux bestiaux pullulent de risques pour les petits, enclins à tirer la queue des vaches et à se coller aux animaux. A partir de foirails déjà existant sur Messac et Mont Aubrac, les jeunes ont construit une maquette en bois à l’échelle, de 80 centimètres de large et 125 de long, pour sensibiliser aux risques présents sur les marchés. Des couloirs de circulation sont prévus, adaptés aux tailles des bovins (les gros), des ovins et des caprins (plus minces). Pour la signalisation, les élèves ont imaginé tout un tas de pictogrammes de couleur, verts pour tout ce qu’il convient de faire, comme donner de l’eau aux animaux, et rouges pour tout ce qui est interdit, comme maltraiter les bêtes.

Prix coup de coeur

Les risques professionnels des services à domicile

CPFP la Rouatière dans l’Aude

Les risques professionnels des services à domicile

© Bernard Gazé

Démonstration de course camarguaise, un sport pratiqué pour la première fois au mariage d’Henri IV, dont le principe est d’enlever la cocarde placée au milieu du front de la vache. Raseteur non confirmé s’abstenir !

Course camarguaise

© Bernard Gazé

La sagesse des uns, le bon comportement de tous, tout au long de la journée, n’ont pas permis aux membres de la protection civile, invités par l’organisation, de tester leurs magnifiques trousses de secours !

Bernard Gazé

 Lire aussi

TPJ Armorique : coup d’envoi
TPJ Alpes du Nord : la beauté du geste
TPJ Auvergne : la carriola en pôle position
TPJ Ain-Rhône : oiseaux de bon augure

--

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *