Imprimer cet article Envoyer cet article

Transformer l’essai

Champion de rugby et de la ruralité qui se bouge, le village de Bedous attire l’attention avec deux récentes réalisations structurantes, une maison de santé pluridisciplinaire et un habitat regroupé.

Cette rubrique est dédiée aux territoires ruraux. Plus particulièrement aux initiatives développées par les délégués et les agents de la MSA, qui avancent main dans la main avec les élus locaux. À l’heure où certains politiques se montrent bien embarrassés par la ruralité, où règnent même incompréhension et malentendus entre la base et les pouvoirs publics, d’autres n’hésitent pas à s’engager dans la mêlée.

C’est le cas à Bedous, l’un des 13 villages qui composent la vallée d’Aspe, sur la route du col du Somport : sacrée championne de France de rugby de 4e série le 17 juin, cette commune de l’ovalie est donc une adepte du jeu collectif. Le tout saupoudré d’une volonté de fer, et de faire : « Nous avons la responsabilité d’inventer la médecine de demain », lance Gérard Darsonville, ancien médecin à Bedous et adjoint au maire, dans les locaux de la maison de santé pluridisciplinaire inaugurée en novembre 2014.

Lui qui est venu dans le coin en 1973 pour un remplacement de deux semaines et qui a fini par y mener toute sa carrière est plutôt bien placé pour savoir ce qu’il est bon de mettre en place dans les zones rurales. D’ailleurs, avec le maire, Henri Bellegarde, à la demande des élus de la MSA Sud Aquitaine des cantons de Jurançon, Lescar et Billère, ils font également visiter un habitat regroupé inauguré en janvier 2016, étape intermédiaire entre le domicile et la maison de retraite, et seconde réalisation structurante portée par la municipalité.

Ces deux projets accompagnés par la MSA Sud Aquitaine font de Bedous une vitrine idéale. La caisse a également convié des élus des collectivités de deux territoires sur lesquels elle déploie des chartes des solidarités avec les aînés : Roquefort et Gabarret dans les Landes ; Saint-Palais, Mauléon et Tardets dans les Pyrénées-Atlantiques. Le but étant d’alimenter et d’éclairer leur réflexion, avec l’ensemble des acteurs locaux, sur de nouvelles actions et de nouveaux services de proximité qui répondent aux besoins des personnes de plus de 60 ans.

Jouer collectif on sait faire

Pourquoi ensemble ? Parce que c’est une part inaliénable de la méthodologie qui caractérise le développement social local à la MSA. « En matière d’habitat regroupé, ce n’est pas forcément la structure qui est importante mais le projet social : le projet de vie dans la structure, les services à la personne, la prévention de la perte d’autonomie… », explique Karine Darrieulat, en charge de l’ingénierie sociale à la MSA Sud Aquitaine.

Le projet social est travaillé et construit avec les partenaires — qui peuvent être également des écoles, des crèches… — les institutions, les associations (Générations mouvement, Familles rurales…). La population locale est impliquée dès le début. C’est le projet social qui, par exemple, ménage des passerelles entre l’habitat regroupé et l’Ehpad de proximité en cas de perte d’autonomie de la personne âgée.

Visite du village emmenée par les édiles de Bedous.La pharmacie et les sept logements de l’habitat regroupé.La chaufferie collective fonctionne au bois.La maison de santé pluridisciplinaire.L’activité principale reste l’agropastoralisme.Vue de la rue centrale.Conférence sur la iatrogénie médicamenteuse à la mairie.Vue d'un terrain de Bedous.Au centre du village, le fronton de pelote basque.
NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

Ensemble, cela signifie aussi compter sur l’implication des élus de l’institution. Sylviane Hondet, administrateur de la MSA Sud Aquitaine, en a bien conscience. Elle salue l’engagement de Nicole Rachou, déléguée du canton limitrophe d’Accous. À la demande du maire, elle avait pris part aux réunions de travail pour résoudre le problème du logement des seniors et mettre en œuvre le projet d’habitat regroupé.

Avec son ingénierie sociale, la MSA Sud Aquitaine a également contribué à la mise en place d’un habitat regroupé à Donzacq, dans les Landes. Dans ce département, elle accompagne actuellement d’autres initiatives : elle intervient sur tous les projets sociaux, ainsi que sur les liens intergénérationnels (Brocas/Garein) ou la mutualisation de services entre les projets (entre les communes de Classun, Saint-Agnet et Vergoignan ou sur la communauté de communes du pays grenadois).

La MSA Sud Aquitaine accompagne les acteurs dans la rédaction de l’appel à projets Sites habitat, conformément au cahier des charges. En 2006, la CCMSA instaure cette initiative pour répondre aux problématiques en lien avec les difficultés et les besoins de logement en milieu rural. Depuis 2017, une condition de cofinancement de la caisse de MSA qui présente le projet, à hauteur de 50 % de la dotation demandée, est appliquée.

Cette année, sur 12 projets examinés au niveau national, sept provenaient de la MSA Sud Aquitaine et tous ont été retenus. « L’apport méthodologique est complété par la mise à disposition de nos outils statistiques, très utiles dans la phase de diagnostic de besoins, et par notre travail en réseau et avec les partenaires à l’interrégime », indique Delphine Decoursière, responsable de l’action sanitaire et sociale (ASS) de la MSA Sud Aquitaine. Outre l’aide financière, soumise à la décision du comité paritaire d’ASS, les porteurs de projet peuvent aussi bénéficier de prêts à taux livret A et de subventions.

Ancien « abri montagnard »

Bedous peut s’enorgueillir de faire partie des pionniers en la matière. Sa maison de santé pluridisciplinaire a rapidement fait le plein de professionnels : 27 au total. Sur les plaques juxtaposées à l’entrée du bâtiment, de nombreuses disciplines sont représentées : infirmier, médecins généralistes, chirurgien-dentiste, podo-orthésiste, psychologue clinicien, thérapeute systémicienne… Des permanences d’un cardiologue et d’un gynécologue. Et les consultations s’enchaînent.

De l’autre côté du parking, au-delà de la chaufferie collective au bois, les huit logements de l’habitat regroupé — doté d’une salle commune avec une kitchenette et d’un espace bricolage — sont tous occupés. Au rez-de-chaussée de la bâtisse rénovée, l’ancien « abri montagnard », la pharmacie est idéalement située, juste à proximité de La Poste et des commerces. Bedous n’est pas seulement championne de France de rugby. Mais aussi celle d’une ruralité qui sait transformer l’essai.

 

 

Franck Rozé

Comments are closed.