Imprimer cet article Envoyer cet article

Trente compressions, deux insufflations

La 31e édition du Salon international des productions animales a mobilisé la profession agricole du 12 au 15 septembre au Parc des expositions de Rennes. Les MSA de Bretagne ont animé un stand sur le secourisme avec, à la clé, un important partenariat conclu.

À terre depuis trop longtemps, l’homme semble inconscient. Penchée sur lui, Dorothée demande à Rémi, 15 ans, d’effectuer un massage cardiaque le plus rapidement possible. Une situation d’urgence difficile à appréhender pour le jeune homme qui pose gauchement ses mains sur le torse de l’homme, tout en cherchant l’assentiment de l’infirmière de la MSA d’Armorique : « Garde les bras bien tendus », conseille-t-elle. Le mannequin encaisse les poussées verticales de l’adolescent sous le regard professionnel de Dorothée Avossa. Elle poursuit la démonstration: « Je vais te laisser faire plusieurs insufflations après t’avoir montré comment faire. »

L’enseignement agricole en Bretagne représente 16 000 élèves et 1 400 apprentis. L’enjeu de la SST et des notions de secourisme dans les ces établissements est capital pour diminuer les accidents en agriculture.

Rémi et ses deux camarades sont élèves dans un lycée agricole breton et sont ravis d’apprendre ces gestes qui peuvent sauver des vies. Surtout, ils prennent de l’avance sur leurs camarades, bientôt amenés à suivre des cours de réanimation durant leur cursus scolaire. Les MSA Portes de Bretagne et d’Armorique profitent du Space pour acter un partenariat avec la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf ) de Bretagne et la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi  (Direccte).

Une démonstration sur tablette géante a permis aux signataires de la convention d’apprécier le contenu pédagogique mis à disposition des enseignants des établissements agricoles sur les sites Internet des MSA de Bretagne.

Cette convention vise à aider les établissements bretons d’enseignement agricole à intégrer la santé-sécurité au travail (SST) dans les cursus de formation : « C’est la concrétisation d’un travail que l’on mène depuis longtemps en Bretagne, se félicite Catherine Hinry, sous-directrice de la MSA Portes de Bretagne, à l’initiative de ce partenariat. Il est important de sensibiliser les jeunes à la SST, pour qu’ils l’intègrent et que les précautions prises deviennent naturelles. »

Un cours pédagogique

Dorénavant, pour mettre en place un cours pédagogique sur la SST, les enseignants se rendent sur les sites de la MSA (Portes de Bretagne ou d’Armorique) pour trouver une boîte à outils regroupant des fiches pratiques, des PowerPoint ou encore des exercices sur les risques que les lycéens peuvent rencontrer sur une exploitation : chutes de hauteur, risques chimique, électrique, etc. En attendant l’application du partenariat dans les établissements bretons, c’est au Space que les conseils sont distillés.

De gauche à droite : Jean Le Quemener, directeur adjoint de la MSA d’Armorique, Barbara Chazelle, directrice du Pôle travail de la Direccte Bretagne, Philippe de Guénin, directeur régional de la Draaf, et Catherine Hinry, sous-directrice de la MSA Portes de Bretagne.

Les MSA bretonnes proposent des formations de sauveteurs secouristes du travail toute l’année dans les entreprises ou sur les exploitations agricoles et ce, avec un certain succès : « Près de 800 personnes sont formées chaque année. Et, depuis les attentats, nous avons encore plus de demandes », souligne Dorothée Avossa. De passage sur le stand de la MSA, Guy, agriculteur à la retraite, effectue les gestes de réanimation en tant que novice. Quoique : « J’ai déjà appris les notions du secourisme, mais il y a cinquante ans de cela. Ce ne sont plus que des souvenirs effacés. À tout moment, on peut être témoin d’un accident, mais ça peut aussi nous arriver. C’est important que le plus grand nombre sache comment réagir dans ces situations. »

Tracteurs, moissonneuses, partenaires agricoles et animaux de la ferme. Le Space permet aux visiteurs de faire le tour du monde agricole. Cette année encore, plus de 100 000 visiteurs ont franchi les portes du salon international.

Pas adepte des paroles en l’air, Guy s’est inscrit à une formation de premiers soins proposée par la MSA, après une visite de bilan de santé.

Jérémy Lemière

Comments are closed.