Imprimer cet article Envoyer cet article

Une capacité à regarder en face la réalité des évolutions

Édito de Gérard Pelhâte, président de la MSA

Portrait de Gérard Pelhate, président de la MSA.

Le 3 octobre dernier, le conseil d’administration de la caisse centrale de la MSA, en conclusion des travaux engagés par sa commission de la stratégie institutionnelle présidée par le 1er vice-président, Jean–François Belliard, a adopté une importante résolution qui précise les lignes directrices de son action pour répondre à l’important défi que constitue la baisse tendancielle de son activité liée à la diminution du nombre d’exploitants.

Dans la continuité du plan Ambitions 2015 voté par l’Assemblée générale de 2011, cette résolution témoigne d’une volonté de trouver des relais de croissance dont je me félicite.

Je m’en félicite tout d’abord parce que cette résolution porte la marque d’un refus du fatalisme et d’une capacité à regarder en face la réalité des évolutions qui nous fait honneur. Je m’en félicite également parce qu’elle montre une grande confiance dans notre capacité à positionner la MSA auprès de nos partenaires comme un opérateur de référence, que ce soit dans la gestion de l’assurance obligatoire ou complémentaire, la promotion d’une offre de prévention du vieillissement, la conception et la déclinaison d’actions de développement sanitaire et social sur les territoires ruraux ou l’organisation d’un accueil de proximité interrégime. Je m’en félicite enfin parce qu’elle fait consensus entre toutes les composantes de l’institution et que cette force est le gage des succès à venir.

Perspectives de développement

Dans cette perspective, la MSA s’oblige naturellement à un devoir d’excellence et à une obligation de résultat. C’est ainsi que, dans les mois qui viennent, l’accueil et la prise en charge des bénéficiaires Amexa et Atexa précédemment affiliés chez les assureurs, comme la mise en place du nouveau régime d’indemnités journalières maladie pour les exploitants agricoles, sont deux chantiers importants et complexes qui doivent mobiliser toute notre attention et notre savoir-faire. Nul doute en effet que notre capacité à les mener à bonne fin sera observée avec la plus grande attention par les pouvoirs publics et que la réussite pourrait ouvrir la porte à d’autres perspectives de développement.

--

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *