• A A A
  • Imprimer cet article Envoyer cet article

    Une Marpa plébiscitée

    La Marpa de Pont-de-Vaux

    Déjà 20 résidents à l'ouverture.© Bernard Gazé

    Avec 88 % des personnes âgées sondées applaudissant au projet Marpa de Pont-de-Vaux, dans l’Ain, la maison d’accueil du quartier de la Verchère était plus qu’attendue. Inauguration.

    Jean-Claude Quiri, maire de Pont de Vaux, et Henri Guillermin, président de la Communauté de communes du canton l’ont tous deux reconnu : c’est son concours annuel de volaille de Bresse qui fait la réputation de Pont de Vaux, une commune de l’Ain bordée par la rivière Saône, avec un passé historique glorieux porté par le général Joubert, cadre de l’armée de Bonaparte à la bataille de Rivoli. Voilà pour l’histoire. L’actualité retiendra plutôt l’ouverture en novembre – et l’inauguration le lundi 16 janvier – d’une Maison d’accueil rurale pour personnes âgées (Marpa) au cœur du quartier de la Verchère de Pont de Vaux ainsi qu’un programme d’aménagement dédie aux échanges intergénérationnels.

    Henri Guillermin enfonce d’ailleurs le clou : « c’est une des particularités de cette Marpa que de partager une grande proximité avec un pôle petite enfance, les deux projets, réalisés par le même architecte, s’étant développés de manière concomitante dans un souci de rupture de l’isolement et d’échanges intergénérationnels. » Des projets d’animation communs sont d’ailleurs déjà en cours dans chacun des deux établissements.

    Un peu de gymnastique douce.
    Un peu de gymnastique douce.
    Quel bon repas de Noël.
    Quel bon repas de Noël.
    En avant la musique.
    En avant la musique.
    Des Marpa de taille humaine.
    Des Marpa de taille humaine.
    Un lieu de vie commun.
    Un lieu de vie commun.
    A côté d'un pôle petite enfance.
    A côté d'un pôle petite enfance.
    L'inauguration de la Marpa.
    L'inauguration de la Marpa.
    Marie-Anne Montchamp.
    Marie-Anne Montchamp.
    Odile Baudet-Collinet
    Odile Baudet-Collinet
    NextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnailNextGen ScrollGallery thumbnail

    Enquête de besoins.

    Le projet Marpa a été initié par la communauté de communes du canton de Pont de Vaux en 2007 après réalisation d’une enquête de besoins auprès des 70 ans et plus du territoire. 572 personnes avaient alors été interviewées. Résultat sans ambiguïté : le souhait d’hébergement en Marpa a été plébiscité par 88 % des sondés, attestant de la pertinence du concept de logement privatif à taille humaine respectant la liberté individuelle des résidents tout en favorisant la vie communautaire.

    Le bâtiment Marpa dédié aux personnes âgées a été étudié tant dans sa disposition que son isolation : il est constitué de trois ailes qui rejoignent au centre la salle à manger, un lieu de vie commun avec sa salle de télévision et sa cuisine mitoyenne ; tout est de plain pied et donne sur des terrasses. L’isolation, particulièrement performante, s’appuie sur un système de pompe à chaleur par géothermie qui descend à près de 100 mètres de profondeur, et des panneaux solaires installés en toiture. « Là où nos politiques publiques font encore trop souvent du prêt-à-porter, vous savez faire du sur-mesure ! » a d’ailleurs reconnu Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la cohésion sociale, présente à l’inauguration.

    Du sur mesure

    Pour Henri Guillermin, « avec ses 23 logements, ses espaces communs et un extérieur aménagé, cette Marpa va permettre aux résidents de vivre en douceur une période qui aurait pu se révéler difficile ; dans le même temps, elle soulage, conforte et rassure les familles. »

    Comme l’a souligné Odile Baudet-Collinet, présidente de la fédération nationale des Marpa, dans son allocution prononcée lors de l’inauguration : « la Marpa de Pont-de-Vaux, qui accueille déjà plus de 20 résidents, était effectivement attendue par la population âgée, malgré l’existence d’un hôpital local sur la commune. À ses yeux, loin d’être une concurrence, ces deux types d’offre constituent une formidable richesse pour un territoire rural et l’opportunité de renforcer les liens entre les acteurs du champ médical, paramédical et social. » Une convention de partenariat est d’ailleurs d’ores et déjà signée entre le service de soins infirmiers à domicile et l’hôpital local.

    Odile Baudet-Collinet a tenu à particulièrement saluer en conclusion, l’expérience réussie du département de l’Ain où la démarche conjointe du conseil général et de la MSA Ain-Rhône a permis la mise en œuvre d’un programme de création de douze Marpa – dont neuf déjà ouvertes – et de cinq Petites unités de vie (PUV), de même que la constitution d’un réseau destiné à fédérer ces maisons, clôturant ses propos par un voeu : « que cette démarche collective soit reproduite dans un maximum de départements. »

    Bernard Gazé

    Lire aussi

    Le témoignage de la présidente de la fédération nationale des Marpa.Odile Baudet-Collinet, administratrice centrale MSA :  » Le but aujourd’hui est de répondre aux multiples défis que va poser le phénomène inédit et massif du grand âge sans incapacité. »

    Le point de vue du directeur de l’action sanitaire et sociale et des services aux personnes de la CCMSA, Bruno Lachesnaie : « Les Marpa constituent une alternative originale entre un maintien à domicile devenu précaire ou trop pesant et une entrée prématurée en établissement sanitaire, autrement dit médicalisé ».

     

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *