Imprimer cet article Envoyer cet article

Une mobilisation nationale Prévenir le mal-être des agriculteurs (5/6)

©Franck Beloncle/CCMSA Image

Après le constat d’une surmortalité de 20 % supérieure à la moyenne nationale, la MSA lance en 2011 un plan national de prévention contre le suicide dans le monde agricole. Depuis, de nombreuses actions ont été déployées et un nouveau programme 2016-2020 élaboré.

Un plan consolidé

Construit autour de trois axes, le plan 2011-2014 a permis de mieux cerner la réalité du suicide et vu la mise en place d’un dispositif d’écoute ainsi que la création des cellules pluridisciplinaires de prévention (CPP) dans les MSA. Sur la période 2016-2020, les outils développés doivent être renforcés, notamment le rôle des sentinelles dans la détection des situations difficiles, Agri’Écoute et les CPP. Une plus forte articulation est également prévue entre les solutions d’accompagnement des services d’action sanitaire et sociale et de santé-sécurité au travail des MSA.

Pluridisciplinarité

La mission des cellules pluridisciplinaires de prévention (CPP), installées à partir de 2012 dans les caisses de MSA, est de repérer et d’écouter les professionnels agricoles en difficulté, avec l’aide des sentinelles, leur proposer un accompagnement social ou médical, les orienter et assurer un suivi de leur situation. Elles regroupent plusieurs compétences : principalement des médecins du travail, des médecins-conseils, des conseillers en prévention, des travailleurs sociaux, voire des psychologues. Les signalements ont été en constante augmentation. Plusieurs MSA travaillent avec un réseau de psychologues en local qui peut parfois intervenir à domicile.

Cibler l’entourage

La prévention engagée par la MSA concerne aussi tout l’entourage des exploitants ou salariés agricoles. Qu’il s’agisse des proches ou des personnes qui interviennent ou passent dans les exploitations (techniciens des chambres d’agriculture, vétérinaires, banquiers, assureurs, coopératives…) susceptibles de détecter des signaux d’alerte. Une sensibilisation générale qui passe également par les personnels MSA en contact avec le public. Indispensable pour mieux prévenir le mal-être et le risque suicidaire, et agir avant qu’il ne soit trop tard.

Les solutions

Les services de MSA, en partenariat avec les acteurs locaux, proposent de nombreuses actions de sensibilisation sur les territoires. Conférences sur le bonheur, théâtre forum, films de témoignages, ateliers Et si on parlait travail, groupes de parole, séjours répit… Les idées ne manquent pas pour toucher un maximum de personnes. Un travail global en lien avec des professionnels et établissements de santé, les agences régionales de santé (ARS) ainsi que des associations ou des organisations professionnelles.

Lire aussi

Prévenir le mal-être. Sommaire de notre dossier.

Oser pour aller mieux. La projection du film Oser pour aller mieux à Lavelanet, en Ariège, suivie d’échanges, met en lumière des témoignages émouvants d’exploitants du territoire.

Être sentinelles en Bretagne. Le 22 novembre, à Loudéac, les sentinelles du territoire ont échangé sur leurs expériences avec des professionnels de santé. Elles sont aujourd’hui 124 dans toute la région, souvent le premier maillon d’une chaîne de dispositifs de prévention complémentaires.

Agri’écoute renforcé. Créé en octobre 2014 par la MSA, ce service d’écoute téléphonique est accessible 24h/24 et 7j/7. Il permet à tout adhérent de dialoguer anonymement avec des psychologues cliniciens. Entre octobre 2014 et février 2018, Agri’Écoute a traité plus de 4 000 appels.

Le malheureux destin d’Émile Poulain. Les élus de la MSA Beauce Cœur de Loire ont choisi les planches pour sensibiliser au problème du suicide en milieu rural. La compagnie Entrées de jeu a mis le sujet sous les projecteurs, dans le Cher, avec sa pièce Émile de père en fils.

--

Comments are closed.