Imprimer cet article Envoyer cet article

Vous avez dit clauses sociales ? Insertion par l'activité économique (4/8)

portrait de Didier Martel, responsable de Laser 03 emploi

Laser 03 emploi, structure d’insertion par l’activité économique implantée dans l’Allier, cherche à diversifier ses activités en utilisant les clauses sociales intégrées dans les appels d’offres des donneurs d’ordre publics. Explications de Didier Martel, responsable de la structure. ©Gildas Bellet

Les clauses sociales sont apparues dans les marchés publics afin de favoriser l’insertion des personnes éloignées de l’emploi ou celle des travailleurs handicapés. Les acteurs de l’insertion par l’activité économique ont leur carte à jouer avec ce levier utilisé par les donneurs d’ordre publics comme dynamique sociale et économique sur un territoire. Explications de Didier Martel, responsable de Laser 03 emploi.

Quel est l’intérêt pour les acheteurs publics ?

Il s’agit avant tout d’apporter des solutions en matière d’emploi local et d’insertion. L’intérêt pour les collectivités locales intégrant des clauses sociales à leurs appels d’offres est de permettre à leurs administrés de trouver des solutions de proximité à leurs problèmes d’emploi. C’est dans les projets de rénovation des quartiers dévolus à l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) à partir des années 2005 que ces clauses sociales ont été rendues obligatoires ; celles-ci prévoyaient entre 5 et 10 % du volume de travail pour des personnes en insertion. S’il y en a encore très peu aujourd’hui pour les chantiers de l’État, les clauses sociales sont devenues quasi-systématiques dans les marchés publics des communautés d’agglomération, du conseil général de l’Allier et du conseil régional d’Auvergne.

La rédaction de ces clauses peut s’apparenter à une contrainte ; aussi, dans le cadre du plan local d’insertion, ont été nommés des facilitateurs pour promouvoir celles-ci, guider les entreprises dans leurs réponses, assurer le suivi et la réalisation d’un marché.

Comment se positionne Laser 03 emploi ?

Nous suivons les appels d’offre publics sur chaque bassin d’emploi. Il faut approcher en amont les entreprises susceptibles de répondre à ces marchés intégrant des clauses sociales, en leur indiquant que nous pourrons être à leurs côtés. Ces clauses concernent principalement le secteur de la voirie et du bâtiment. Nous sommes référencés par le groupe Vinci, ce qui nous permet d’être spontanément consultés lors de la passation de ses marchés. Pour citer quelques exemples, le conseil général de l’Allier a passé un marché public pour le remplacement du personnel d’entretien dans les collèges, ou un bailleur pour pallier l’absence du personnel d’entretien des immeubles… En y répondant, nous nous engageons sur une réactivité pour la mise à disposition de personnel remplaçant et sur la qualité de la réponse proposée.

Notre activité ne repose pas principalement sur la commande publique mais, dans plusieurs secteurs d’activité, cette opportunité représente une corde supplémentaire à notre arc et participe à l’équilibre de la structure. La diversification de clientèle permet en effet de limiter les risques – en cas d’impayés de la part d’un gros client par exemple.

Quels sont les avantages pour une structure d’insertion par l’activité économique ?

Cela peut être une opportunité pour nos salariés d’aller travailler dans de grandes entreprises qui sous-traitent une partie de l’activité prévue par l’appel d’offres qu’elles ont remporté. Nous devenons un fournisseur à part entière. À nous ensuite de faire nos preuves et d’être reconnus comme acteurs d’insertion pour faire perdurer la relation [voir, ci-contre, les témoignages d’employeurs et d’un salarié).

Les marchés sont conclus sur de plus longues périodes que les affaires sur lesquelles nous nous positionnons habituellement. C’est un plus pour les parcours d’insertion ainsi que l’assurance d’un chiffre d’affaires. En contrepartie, nous devons être en capacité d’apporter des réponses à des demandes parfois plus exigeantes que celles inscrites sur le cahier des charges initial.

 

Lire aussi

Sommaire de notre dossier sur l’insertion par l’activité économique.

L’insertion, c’est dans leur nature. Avec l’ouverture d’une antenne à Vierzon début septembre, l’Association solidarités emplois ruraux (Aser), créée en 1994 par la MSA Beauce Coeur de Loire, élargit son champ d’action. À son actif, trois chantiers d’insertion (deux dans le Cher et un dans le Loiret) pour l’entretien des espaces verts notamment. Reportage.

Le pied à l’étrier. Accompagner les personnes vers un emploi durable est la vocation de Laser 03 emploi, dans l’Allier. Comme les problèmes auxquels celles-ci sont confrontées ne s’expriment pas seulement dans leur rapport à l’emploi, les solutions imaginées associent un accompagnement – individuel et collectif – en matière de santé, d’accès aux droits, de formation, de mobilité…

Réponses plurielles. Le secteur regroupe des associations ou entreprises appelées structures d’insertion par l’activité économique (SIAE). Il en existe plusieurs formes.

Main dans la main. Une offre institutionnelle de services à ces entreprises doit permettre à la MSA de jouer son rôle social auprès des publics précaires, pour lutter contre la pauvreté et favoriser l’inclusion sociale. C’est tout le sens de la stratégie d’accompagnement global à destination des SIAE que viennent de mettre en place le réseau Laser emploi, la CCMSA, des MSA et MSA Services.

Dans le Tarn, ça envoie du bois. Dans les secteurs forestier et espaces verts, notamment, Laser emploi 81 et 82 se montrent très efficaces. La certification Qualité Cèdre, obtenue en juin, valide un travail d’accompagnement et une dynamique continue de l’activité de services. Vérification sur le terrain.

Le Geiq plus ultra de l’insertion. Être salarié avant son diplôme, c’est ce que propose le Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification (Geiq) du Limousin aux personnes éloignées du monde de l’emploi, pour les aider à se remettre sur le chemin du travail. Reportage.

Destination Lathus. 60 salariés permanents, autant de saisonniers et… une soixantaine de personnes en insertion. Le centre de plein air de Lathus, dans la Vienne, a créé trois chantiers d’insertion, adhérant à Laser emploi dans le domaine de l’entretien des espaces verts, de l’entretien des bâtiments, et plus récemment un jardin potager bio. Visite sur place et témoignage vidéo.

Gildas Bellet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *